Rechercher

5966 morts et 453 752 effets secondaires: base de données européenne sur les vaccins

La base de données européenne des rapports de réactions médicamenteuses suspectées est EudraVigilance, qui suit également les rapports de blessures et de décès suite aux «vaccins» expérimentaux COVID-19.


Presque 6000 décès et 500.000 autres effets secondaires liés aux vaccins contre la Covid-19 dans l'Union européenne.


Les vaccins contre la Covid-19 fortement suspectés de provoquer des milliers décès et des centaines de milliers d’effets secondaires


Vous trouverez ci-dessous le nombre d’effets secondaires classés par type (morts, effets non résolus, résolus avec séquelles, etc.), en date du 3 avril 2021, liés aux quatre vaccins inoculés dans l’Union européenne. Les chiffres sont issus d’un site officiel de l’UE (voir sous le premier tableau) et ont été collectés puis additionnés par deux membres du collectif Libertés 07.


Au 3 avril, on dénombre, liés aux vaccins :

  • 5966 morts ;

  • 158271 effets secondaires non résolus ;

  • 8300 effets secondaires résolus avec des séquelles ;

  • 173762 effets secondaires pas encore résolus ;

  • 113419 effets secondaires inconnus (!).


SOURCE : http://www.adrreports.eu/fr/search_subst.html# ― Si vous voulez effectuer la recherche vous-mêmes, voici ce qu’il faut faire : une fois sur cette page, recherchez « covid ». Vous trouverez les quatre vaccins. Sur chacune des pages du vaccin, cliquez sur l’avant-dernier onglet

(« Number of Individual Cases for a selected Reaction »). Le nombre d’effets secondaires se trouve en bas à droite pour chacun des groupes de pathologies répertoriés dans la colonne de gauche. Pour trouver le nombre total d’effets secondaires, pour chaque vaccin, il faut additionner le nombre d’effets secondaires trouvé pour chacun des groupes de pathologies (c’est-à-dire, par vaccin, plusieurs dizaines de page dans la liste de la colonne de gauche).


Des scientifiques et des responsables officiels dénonçaient dès le 11 février ce qui vient d’être dit ci-dessus. Observons leurs arguments.


Dans certains articles (tel https://www.20minutes.fr/sante/2973239-20210211-coronavirus-centaines-morts-causes-vaccin-pfizer-faux), la réalité de ces effets secondaires est niée. Il est affirmé que :

  • les chiffres peuvent être surévalués si on comptabilise deux fois des effets secondaires classés dans des sous-rubriques différentes ; cette erreur a été évitée dans le calcul effectué ici ;

  • les chiffres sont certes justes, cela est reconnu par les scientifiques interrogés, toutefois, il est affirmé que « les données actuelles [au 11 février 2021] ne permettent pas d’établir un lien de cause à effet entre le vaccin PfizerBioNTech et les décès enregistrés après la vaccination, indiquent l’Agence européenne des médicaments (EMA) et une professeure d’épidémiologie, contactées par 20 Minutes ». Le fait que les effets secondaires rapportés soient dus aux vaccins est donc nié. La base EudraVigilance indique en effet que les effets secondaires rapportés sont « susceptibles d’être liés à l’utilisation de médicaments ». Ce seul élément permet donc l’Agence européenne des médicaments d’affirmer que les milliers de décès recensés dans les effets secondaires potentiels de chaque vaccin ont certes été recensés dans cette rubrique, mais, pour autant, n’ont aucun lien avec les vaccins en question. Cette affirmation revient à dire que les centaines de milliers d’effets secondaires rapportés pour ces quatre vaccins n’ont en réalité aucun lien avec ces quatre vaccins. Et en toute logique, le propos de l’Agence européenne des médicaments revient à dire que tous les effets secondaires rapportés pour tous les médicaments sur le site de l’EudraVigilance n’ont en réalité aucun rapport avec les médicaments concernés. Est-ce sérieux ?

Dans le même article de 20minutes.fr, il est écrit qu’« aucun effet indésirable fatal n’a été

confirmé ». Il est délicat de répertorier un peu plus de 3000 décès susceptibles d’être liés aux vaccins au 6 mars et, au 3 avril, soit en moins d’un mois, d’en répertorier le double, presque 6000, tout en affirmant qu’on ne peut en aucun cas affirmer que ces décès soient liés aux vaccins. Dans le même article, une scientifique affirme que pour affirmer le lien de causalité avec certitude, il faut effectuer des vérifications.


Pourquoi ces vérifications ne sont-elles pas effectuées ?

Quand un unique accident survient sur une portion de route particulière, il n’est pas possible d’établir de lien avec cette portion de route spécifique ; quand de nombreux accidents surviennent au même endroit précis, un lien peut être supposé avec un pourcentage élevé de pertinence que cette portion de route a un lien de causalité avec les accidents. Affirmer qu’il est certain que les vaccins n’ont aucun lien avec les décès survenus, ce serait affirmer que cette portion de route n’a aucun lien avec les accidents mortels constatés. Pour le Mediator, il a été constaté que des décès survenaient ; longtemps, il a pourtant été affirmé qu’aucun lien ne pouvait être effectué entre ces décès et ce médicament, malgré les nombreuses alertes. Aujourd’hui, on sait que le Mediator était la cause de ces décès.

Enfin, une information de dernière minute reçue aujourd’hui 8 avril : alors même que l’Agence européenne des médicaments nie le 11 février tout rapport de causalité entre vaccin et décès (article du site 20minutes.fr ci-dessus), cette même Agence européenne des médicaments reconnaît finalement, tout comme plusieurs agences nationales du médicament (dont l'ANSM en France) un lien possible « avec de très rares cas de caillots sanguins inhabituels avec des plaquettes sanguines basses ». C’est un début. Encore un effort, mesdames et messieurs des Agences, et la vérité pourra être connue et reconnue.

Pour mémoire et pour comparaison, vous trouverez ci-dessous le tableau des effets secondaires établis au 6 mars.*



*https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/les-vaccins-contre-la-covid-19-232177

0 commentaire