Rechercher

Après la pandémie Pfizer voit une « opportunité » d’augmenter de 900 % le prix des vaccins Covid

Les récents commentaires d’un haut responsable du géant pharmaceutique Pfizer mettent en évidence la manière dont l’entreprise cherche à faire de la Covid-19 un pilier durable de son modèle économique, notamment en augmentant considérablement les prix de ce qui pourrait devenir des rappels annuels, ainsi que les effets possibles d’une troisième dose.


Avec la vaccination de masse en cours, on commence à envisager la fin de la période pandémique de la Covid-19. Cependant, une fois que la propagation mondiale incontrôlée de cette maladie sera terminée, que se passera-t-il ensuite ? Pour le géant pharmaceutique Pfizer, basé à New York, c’est à ce moment-là que les gros sous commenceront à arriver.

La semaine dernière, lors de la Barclays Global Healthcare Conference, le directeur financier de Pfizer, Frank D’Amelio, a exposé aux investisseurs le plan de l’entreprise visant à augmenter de près de 900 % le prix de son vaccin contre le SRAS-CoV-2, le virus à l’origine de la Covid-19, lorsque les gouvernements cesseront d’être les principaux acheteurs de leur vaccin, produit conjointement avec la société allemande BioNTech.

« Sur la base de tout ce que nous avons vu jusqu’à présent, nous pensons qu’il est de plus en plus probable qu’une revaccination annuelle aura lieu », a déclaré M. D’Amelio jeudi, ajoutant qu’il s’agirait très probablement d’un rappel à dose unique.

Il a ajouté que, jusqu’à présent, le prix du vaccin a été dicté principalement par les « besoins des gouvernements », qui souhaitent obtenir suffisamment de doses pour vacciner gratuitement l’ensemble de leur population.

« Au fur et à mesure que nous passons d’une situation de pandémie à une situation endémique, les forces normales du marché commenceront à s’exprimer. Et des facteurs comme l’efficacité, la capacité de rappel, l’utilité clinique deviendront très importants, et nous considérons cela, très franchement, comme une opportunité significative pour notre vaccin du point de vue de la demande, du point de vue des prix, étant donné le profil clinique de notre vaccin », a déclaré M. D’Amelio, ajoutant que « nous pensons que lorsque la situation passera de pandémique à endémique, il y aura une opportunité pour nous ».

Lorsqu’une maladie devient endémique, cela signifie qu’elle est là pour rester et qu’elle continuera à se manifester périodiquement dans certaines parties de la population. C’est notamment le cas d’une maladie comme la grippe, pour laquelle un rappel annuel du vaccin est souvent recommandé.

Le mois dernier, M. D’Amelio a déclaré aux analystes de Wall Street que Pfizer obtenait actuellement 19,50 dollars par dose, mais il a fait remarquer que « ce n’est pas un prix normal, comme celui que nous obtenons habituellement pour un vaccin – 150 ou 175 dollars par dose… Allons au-delà d’un environnement de prix pandémique, l’environnement dans lequel nous sommes actuellement : De toute évidence, nous obtiendrons davantage en termes de prix. » Il s’agit d’une multiplication par presque neuf du prix.

L’année dernière, Pfizer a réalisé 15 milliards de dollars de recettes rien qu’avec les produits liés à la Covid-19, a ajouté M. D’Amelio. Il a insisté sur le fait que « notre objectif est toujours d’être très prudent avec le capital de nos actionnaires, mais aussi d’en maximiser le rendement ». En effet, jeudi, la valeur de l’action de Pfizer augmentait de 3,6 %, augmentation que Fox Business a attribué aux commentaires de M. D’Amelio.

Le PDG, Albert Bourla, a déclaré que la société refusait de prendre de l’argent fédéral parce qu’elle "voulait garder Pfizer en dehors de la politique" , dépensant 1,5 milliard de dollars pour la recherche sur les vaccins, mais l’administration Trump a également envoyé à Pfizer 1,95 milliard de dollars en juillet 2020 via l’opération Warp Speed – l’un des plus gros contrats de ce type dans le cadre du programme – pour les 100 premiers millions de doses du vaccin, qui n’ont pas été livrées avant décembre. En décembre, puis en février, les États-Unis ont à chaque fois acheté 100 millions de doses pour le même prix.

En novembre, le ministère de la santé et des services sociaux a révélé que l’accord passé avec Pfizer n’incluait pas de droits sur la propriété intellectuelle du vaccin pour le gouvernement.

En d’autres termes, l’argent public a aidé Pfizer à livrer un vaccin à usage public, que la société va maintenant chercher à transformer en une nouvelle vache à lait pour la poignée de riches investisseurs privés qui détiennent la majorité des actions Pfizer.*

Morgan Artyukhina

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone


*https://lesakerfrancophone.fr/apres-la-pandemie-pfizer-voit-une-opportunite-significative-daugmenter-de-900-le-prix-des-injections-annuelles-de-covid-19

0 commentaire