Rechercher

"Aucun gouvernement ne peut faire face seul à la menace de pandémie - nous devons nous unir"

Traduction de l'article paru dans Telegraph le 31 mars 2021


Nous devons être mieux préparés pour prévoir, prévenir, détecter, évaluer et réagir efficacement


Boris Johnson, Angela Merkel, Emmanuel Macron et 21 autres chefs d'état.

31 Mars 2021


La pandémie de Covid-19 est le plus grand défi pour la communauté mondiale depuis les années 1940.

À cette époque, après la dévastation de deux guerres mondiales, les dirigeants politiques se sont réunis pour forger le système multilatéral. Les objectifs étaient clairs: rassembler les pays, dissiper les tentations de l'isolationnisme et du nationalisme et relever les défis qui ne pouvaient être relevés qu'ensemble dans un esprit de solidarité et de coopération, à savoir la paix, la prospérité, la santé et la sécurité.

Aujourd'hui, nous avons le même espoir que, alors que nous luttons ensemble pour vaincre la pandémie de Covid-19, nous pouvons construire une architecture de santé internationale plus robuste qui protégera les générations futures.

Il y aura d'autres pandémies et d'autres urgences sanitaires majeures. Aucun gouvernement ou agence multilatérale ne peut à lui seul faire face à cette menace. La question n'est pas de savoir si, mais quand. Ensemble, nous devons être mieux préparés pour prévoir, prévenir, détecter, évaluer et réagir efficacement aux pandémies de manière hautement coordonnée. La pandémie de Covid-19 a été un rappel brutal et douloureux que personne n'est en sécurité tant que tout le monde n'est pas en sécurité.

Nous sommes donc résolus à garantir un accès universel et équitable à des vaccins, des médicaments et des diagnostics sûrs, efficaces et abordables pour cette pandémie et les futures.


La vaccination est un bien public mondial et nous devrons être en mesure de développer, fabriquer et déployer des vaccins le plus rapidement possible.

C'est pourquoi l'Accélérateur d'accès aux outils Covid-19 (ACT-A) a été mis en place afin de promouvoir l'égalité d'accès aux tests, aux traitements et aux vaccins et de soutenir les systèmes de santé à travers le monde. ACT-A a donné des résultats sur de nombreux aspects, mais un accès équitable n'est pas encore atteint. Nous pouvons faire plus pour promouvoir l'accès mondial.

À cette fin, nous pensons que les nations devraient travailler ensemble à l’élaboration d’un nouveau traité international de préparation et de réaction en cas de pandémie. Un tel engagement collectif renouvelé serait une étape importante dans le renforcement de la préparation à une pandémie au plus haut niveau politique. Il serait ancré dans la constitution de l'Organisation mondiale de la santé, faisant appel à d'autres organisations pertinentes essentielles à cet effort, à l'appui du principe de la santé pour tous.

Les instruments sanitaires mondiaux existants, en particulier le Règlement sanitaire international, sous-tendent un tel traité, garantissant une base solide et éprouvée sur laquelle nous pouvons construire et nous améliorer.

Le principal objectif de ce traité serait de favoriser une approche de l'ensemble du gouvernement et de l'ensemble de la société, de renforcer les capacités nationales, régionales et mondiales et la résilience aux futures pandémies. Cela comprend un renforcement considérable de la coopération internationale pour améliorer, par exemple, les systèmes d'alerte, le partage de données, la recherche et la production et la distribution locales, régionales et mondiales de contre-mesures médicales et de santé publique telles que les vaccins, les médicaments, les diagnostics et les équipements de protection individuelle.


Cela inclurait également la reconnaissance d'une approche «One Health» qui relie la santé des humains, des animaux et de notre planète. Et un tel traité devrait conduire à davantage de responsabilité mutuelle et de responsabilité partagée, de transparence et de coopération au sein du système international et avec ses règles et normes.

Pour y parvenir, nous travaillerons avec les chefs d'État et de gouvernement du monde entier, et toutes les parties prenantes, y compris la société civile et le secteur privé. Nous sommes convaincus qu’il est de notre responsabilité, en tant que dirigeants de nations et d’institutions internationales, de veiller à ce que le monde tire les leçons de la pandémie de Covid-19.

À un moment où Covid-19 a exploité nos faiblesses et nos divisions, nous devons saisir cette opportunité et nous rassembler en tant que communauté mondiale pour une coopération pacifique qui va au-delà de cette crise. Renforcer nos capacités et nos systèmes pour y parvenir prendra du temps et exigera un engagement politique, financier et sociétal soutenu pendant de nombreuses années.

Notre solidarité pour faire en sorte que le monde soit mieux préparé sera notre héritage qui protège nos enfants et petits-enfants et minimise l'impact des futures pandémies sur nos économies et nos sociétés.

La préparation aux pandémies a besoin d'un leadership mondial pour un système de santé mondial adapté à ce millénaire. Pour faire de cet engagement une réalité, nous devons être guidés par la solidarité, l’équité, la transparence, l’inclusion et l’équité.

J. V. Bainimarama, Premier ministre des Fidji; António Luís Santos da Costa, Premier ministre du Portugal; Klaus Iohannis, président de la Roumanie; Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni; Paul Kagame, président du Rwanda; Uhuru Kenyatta, président du Kenya; Emmanuel Macron, président de la France; Angela Merkel, chancelière de l'Allemagne; Charles Michel, président du Conseil européen; Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre de la Grèce; Moon Jae-in, président de la République de Corée; Sebastián Piñera, président du Chili; Carlos Alvarado Quesada, président du Costa Rica; Edi Rama, Premier ministre d'Albanie; Cyril Ramaphosa, président de l'Afrique du Sud; Keith Rowley, Premier ministre de Trinité-et-Tobago; Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas; Kais Saied, président de la Tunisie; Macky Sall, président du Sénégal; Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol; Erna Solberg, Premier ministre de Norvège; Aleksandar Vučić, président de la Serbie; Joko Widodo, président de l'Indonésie; Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine; Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé *


* https://www.telegraph.co.uk/politics/2021/03/29/no-government-can-address-threat-pandemics-alone-must-come/

0 commentaire