Rechercher

Così fan tutti... - C'est ce que tout le monde fait...

Pensez-vous que je suis venu apporter la paix sur la terre ?

Non, je vous dis, mais division.

Désormais, s'il y a cinq personnes dans une famille, elles seront réparties trois contre deux et deux contre trois ; ils diviseront père contre fils et fils contre père, mère contre fille et fille contre mère, belle-mère contre belle-fille

et belle-fille contre belle-mère ».

Luc 12.52



Il y a quelques jours notre fils - qui travaille dans l'industrie de la télévision et du cinéma - nous a raconté comment parmi ses collègues et pairs dans la trentaine/quarantaine, l'adhésion au vaccin est pratiquement généralisée.

Heureusement, ayant une homogénéité d'opinions dans la famille encline à l'information consciente et à la liberté vaccinale, j'ai toujours trouvé cet aplatissement général singulier surtout dans une tranche d'âge physiologiquement sujette à la contestation, sinon à la rébellion.

« Désolé - lui ai-je demandé - vos amis se sont-ils informés sur les vaccins ? ont-ils lu les tracts ? Etant des gens intelligents et bien ancrés dans la structure sociale, savent-ils qu'il s'agit d'une thérapie génique dont les effets ne sont pas connus à court et encore moins à longue distance pour s'infecter et infecter ? Pourquoi alors le font-ils ?"

"Oui, bien sûr - a répondu notre fils, qui est aussi un ardent défenseur de la liberté thérapeutique - je leur ai envoyé tous les éléments pour décider, mais la réponse était "Oui, oui, nous avons lu, mais nous voulons mettre fin à cette histoire, nous voulons revenir à la normale, voyager, aller à la discothèque, voler etc. Et puis… tout le monde le fait parce qu'il est juste de le faire avant tout pour les autres, pour la communauté ».

"Alors - ai-je répondu - mettent-ils leur santé ou même leur vie en danger en se soumettant à une thérapie génique dont les conséquences ne sont connues de personne juste pour "revenir à la normale ?"

"C'est vrai, ils lisent, ils regardent les vidéos mais là, au final, le mantra de la nouvelle religion tampon-masque-vaccin est plus fort, répété ad nauseam par les médias et, de l'autre, la peur de la désapprobation sociale... "


C'est ce que tout le monde fait...


« Au cas par cas, nous voyons que la conformité est la voie la plus facile, celle qui conduit au privilège et au prestige ; la dissidence a un coût personnel."

Noam Chomsky

Noam Chomsky, London dec.

2002 © Chris Saunders


Cinquante ans plus tard - beaucoup de temps s'est écoulé depuis 1968 et ses environs - on assiste donc à un renversement complet de la condition de la jeunesse, qui passe du non-conformisme à tout prix au conformisme sans critique.

Il me paraît donc indispensable d'essayer d'abord d'analyser cette « phénoménologie du conformisme » qui semble caractériser les comportements généraux, avec une attention particulière à celui des jeunes.


Phénoménologie du conformisme... du conformisme ou de manipulation ?


Ce qui est déconcertant après plus d'un an de pandémie déclarée, ce n'est pas seulement la confusion qui règne chez ceux qui l'ont gérée et manœuvrée, mais surtout chez ceux qui la subissent.

Alors que des tournants extraordinaires ont été accomplis - la théorie de l'évasion du virus du laboratoire de Wuhan a d'abord été considérée comme une fausse nouvelle (et ponctuellement censurée par YouTube, Facebook, Twitter, etc.) et aujourd'hui non seulement effacée mais considérée comme probable ; des masques déclarés efficaces sans preuves scientifiques et désormais remis en cause ; sans oublier les remèdes comme l'hydroxychloroquine et l'ivermectine déclarés non seulement inutiles mais même dangereux ou encore la vitamine D, jugée inutile même s'il est bien connu qu'elle est capable d'influencer le système immunitaire.


Le point culminant a été atteint, comme tout le monde s'en souvient, avec la fausse étude de The Lancet sur l'hydroxychloroquine, retirée immédiatement après pour un mensonge évident mais en fait utilisée pour continuer (notamment en Italie) pour empêcher l'utilisation d'un remède économique et efficace contre le COVID. -19.

La honteuse étude falsifiée sur l'hydroxychloroquine s'est retirée du Lancet après une lettre de 120 chercheurs du monde entier remettant en question la validité de l'étude.


En effet, si les organisations de santé sont prêtes à prendre n'importe quel risque vis-à-vis des vaccins expérimentaux, elles appliquent des normes de sécurité d'usage lorsqu'il s'agit de médicaments qui ne sont plus couverts par des brevets - donc non rentables - avec des décennies d'utilisation sûre.

Ne parlons pas de la valse des vaccins ; efficace / peu efficace, réactions sûres / risquées, seulement plus de 60 ans / non, même plus de 40 ans, utile pour les moins de 12 ans / non, inutile pour les enfants.

Ou des marques ; mieux AstraZeneca, non, Pfizer c'est plus sûr, je cherche Johnson & Johnson... un vrai marché aux poissons... venez Mesdames et Messieurs, ici tout à prix cassés... Mais confondre les eaux, comme nous le dit Rudolf Steiner dans ces lignes, est fonctionnel au but que la puissance du moment veut atteindre :


"Chaque fois que vous voulez opérer à travers des choses similaires, vous ne devez pas déclencher un seul courant, mais vous devez toujours le faire croiser avec un autre, afin que les deux s'influencent l'un l'autre.

En fait, on n'obtient pas grand chose en tirant simplement tout droit dans un sens : il faut parfois jeter une lumière de côté sur le courant avec lequel on travaille, confondre, effacer les traces, et disperser

certaines choses dans un sous-bois épais .

C'est très important.

Il s'ensuit que certains courants occultes, qui ont un but, se fixent parfois des tâches complètement opposées, avec pour effet de brouiller toutes les traces".

Rudolf Steiner, Dornach, 9 décembre 1916


Rudolf Steiner


Est-il possible que les spectateurs convaincus des talk-shows télévisés où, un jour sur deux, ce qui a été dit la veille soit nié, un doute raisonnable ne se soit pas posé ?

Mais, malheureusement pour eux, les faits ne veulent rien dire ; ce qui compte, c'est le récit qui est considéré comme véridique.

Bien que la vérification des faits soit demandée avec arrogance par les « gardiens de la vérité » à ceux qui contestent le récit officiel, les médias grand public sont autorisés à affirmer tout et le contraire de tout.

Sans possibilité de litige.


Si ça, c'est une démocratie...


Mais l'allié le plus précieux du totalitarisme que nous voyons s'installer de plus en plus chaque jour est le peuple, désormais victime d'une dissonance cognitive généralisée.

Ce à quoi nous assistons depuis plus d'un an et demi est un Psyop, une opération de guerre psychologique qui a produit des millions de personnes terrifiées et démoralisées, manipulées de manière à penser et réagir à certains mots-clés et entrées selon des modèles prédéfinis.

La preuve de l'efficacité du plan manipulateur est donnée par le fait que les gens - et beaucoup d'entre nous l'ont personnellement vérifié ces derniers mois - ne remettent pas en cause le récit dominant, la pensée unique, même s'ils disposent d'informations factuelles et de raisonnements logiques.


Vous pouvez leur montrer avec des faits qu'il y a des contradictions insurmontables dans le récit officiel mais c'est inutile.

Vous pouvez prouver que les photos de personnes décédées dans les rues en Chine en mars 2020 étaient fausses, mais c'est inutile.

Vous pouvez montrer que les taux de mortalité fournis par les statistiques officielles ont été manipulés, mais cela ne sert à rien.

Vous pouvez prouver que les tests PCR ont été mal utilisés, à tel point qu'ils ne sont pas du tout fiables, mais c'est inutile.

Vous pouvez mettre toutes les études sur l'inefficacité des masques sous leur nez, mais cela ne sert à rien.

Vous pouvez démasquer les pourcentages inventés de personnes infectées et décédées, mais cela ne sert à rien.

Vous pouvez démontrer, données en main, que les unités de soins intensifs de tel ou tel hôpital étaient à moitié vides alors qu'elles étaient indiquées comme surpeuplées, mais cela ne sert à rien.

Vous pouvez citer les taux de survie des personnes de moins de 70 ans, mais cela ne sert à rien.

Vous pouvez montrer avec les chiffres que les directives "d'aspirine et d'attente vigilante" sont non seulement scientifiquement infondées mais ont condamné à mort des milliers de personnes qui auraient certainement été sauvées grâce aux soins à domicile, mais cela ne sert à rien.

Vous pouvez leur montrer le nombre croissant de réactions indésirables aux vaccins, mais cela ne sert à rien.

On peut facilement mettre en évidence les risques et l'inutilité de vacciner les enfants, mais cela ne sert à rien.

Ils continueront à croire au récit officiel.


"L'image du monde qui est présentée aux gens ne correspond même pas du tout à la réalité, car la vérité de chaque chose reste enfouie

sous une masse de mensonges."

Noam Chomsky


Ces gens ont abdiqué devant leur rationalité, et ont été saisis par un mouvement totalitaire, qui est devenu leur "réalité" perceptive et sociale, de la défense de laquelle dépend leur "santé", alors les faits ne signifient absolument rien pour eux.

En revanche, nous savons bien, grâce aux études comportementales, à quel point nos préjugés, issus de conditionnements antérieurs, interfèrent avec notre capacité à percevoir clairement et correctement.

Pourtant, le récit est si controversé et contradictoire qu'il est difficile de penser que même les plus démunis de connaissances médico-scientifiques puissent lui faire confiance.

Ce n'est apparemment pas le cas, si l'on considère que la grande majorité de la population mondiale fait patiemment la queue pour se faire administrer des doses de vaccins expérimentaux dont personne ne connaît les effets et dont personne n'assume la responsabilité des dommages. Ni les laboratoires pharmaceutiques, ni les agents de santé qui les inoculent, ni l'État qui les impose.

Aujourd'hui encore, alors que l'usage des masques d'extérieur a été (temporairement) aboli en Italie, on constate qu'une bonne moitié de la population les porte encore dans la rue.


L'effet troupeau, bref, "si tout le monde le fait"...


Maintenant la question qui me semble la plus importante pour comprendre la situation actuelle

est : pourquoi ?

Pourquoi la grande majorité de la population mondiale a-t-elle en fait abdiqué la pensée

critique ?

Pourquoi même les couches traditionnellement plus instruites et sensibles de la société se sont-elles inclinées devant le « Cosi fan tutti » suite à la vague de communications, de prescriptions, d'interdictions et d'impositions contradictoires et largement arbitraires ?

Tout d'abord, il faut noter que le grand allié, le vrai "Big Brother" de ce film dystopique dans lequel nous avons été jetés est Big Tech.


Sans le soutien des médias sociaux - ainsi que bien sûr des médias grand public sur lesquels nous n'avions aucun doute - le jeu de terroriser et de manipuler la planète entière n'aurait pas été possible.

En quelques mois, des milliers de chaînes YouTube ont été fermées et des millions de publications sur Facebook ont ​​été censurées. Le compte Twitter de l'ancien président américain a été bloqué et supprimé ; Greenmed.info, un site de recherche sur les remèdes naturels, a vu ses comptes Facebook et Instagram supprimés, perdant plus d'un demi-million d'abonnés. Le même sort est arrivé à notre Byoblu dont le compte YouTube a été supprimé sous des prétextes ridicules.

LinkedIn a également annulé le compte du Dr Robert Malone qui a osé remettre en question la sécurité des vaccins à ARNm, bien qu'il soit l'un de leurs créateurs. Le réseau social Parler a été supprimé d'Internet, de même que le site Web America's Frontline Doctors, qui traitait des traitements non approuvés pour COVID-19. Sans parler de Wikipédia qui calomnie méthodiquement chaque rumeur dissidente. Et ces dernières semaines, Facebook a même commencé à envoyer aux utilisateurs des messages menaçants liés au "contenu extrémiste".


La diabolisation de la pensée critique se poursuit à pas de géant...


Le contenu qui va à l'encontre de l'agenda grand public est censuré ou supprimé complètement. Nous le savons. Mais qu'en est-il des contenus qui vont à l'encontre des intérêts de l'agenda mais ne sont pas assez dangereux pour être supprimés ?

Google s'en occupe.

Que fait Google, le plus grand moteur de recherche au monde, qui traite plus de 40 000 requêtes par seconde, concernant un tel contenu ? N'oubliez pas que Google n'est pas seulement un moteur de recherche ; développe et maintient un réseau d'applications qui travaillent pour collecter, analyser et exploiter les données de tous ceux qui les recherchent.

En utilisant ces données - et c'est là que la censure la plus subtile entre en jeu - Google décide quelles informations doivent être vues et lesquelles ne le sont pas. En 2019, le moteur de recherche a mis à jour son algorithme pour interdire efficacement les sites Web de santé non liés à Big Pharma, tels que GreenMedInfo, SelfHacked et Mercola.com.

Certains de ces sites ont perdu plus de 90 % de leur trafic du jour au lendemain.


D'autre part, les liens de Google avec Big Pharma et la biotechnologie sont bien connus et ce n'est pas le lieu de les explorer.

Comme on le voit, la pression des porte-parole du totalitarisme qui a fermement pris le pouvoir est de plus en plus omniprésente.

Evidemment, après avoir longtemps préparé l'opération Covid-19, c'est la phase décisive pour le pouvoir mondialiste.

Le but est d'effacer l'ancienne « réalité » pour la remplacer par une nouvelle, la « nouvelle normalité ».

Bien sûr, cela ne peut se faire ni avec la raison ni avec des faits, mais avec la peur et la répression. Il est nécessaire de terroriser la majorité de la population et de l'amener - progressivement mais fermement - à un état hystérique manipulé de masse, afin de l'utiliser comme une arme mortelle contre ceux qui ne veulent pas se plier à la "nouvelle normalité".

A ce propos également, il y a ceux qui - il y a plus d'un siècle - ont anticipé ce qui arriverait pour avertir l'humanité de la dérive que pourrait subir la civilisation :


« Peut-être ne pouvons-nous pas, déjà à notre époque, faire quelque chose pour contrer la direction résolument matérialiste du climat matérialiste

et non libre de notre temps.

Cependant, nous devons au moins apprendre

à le ressentir comme une coercition.

C'est ainsi que cela doit commencer.

Nous ne devons pas non plus nous abandonner aux illusions.

En effet, si le monde continue de procéder comme il le fait, dans le sens de ces pulsions matérialistes, alors nous arriverons sans nous en rendre compte au point où non seulement il sera interdit de faire quoi que ce soit pour la santé humaine à ceux qui ne sont pas autorisés , mais où il sera interdit d'exprimer des opinions sur tout ce qui touche à la science à quiconque n'a pas fait une sorte de vœu de ne rien revendiquer qui n'est pas autorisé

par l'ordre mondial matérialiste.

On se borne aujourd'hui à interdire bien des choses dont les hommes ne perçoivent pas la contrainte de l'interdit.

Mais nous allons rencontrer des temps où, de même que, par exemple, tout soin non autorisé pour la santé des personnes sera interdit, tout avis qui ne vient pas d'une institution garantie et approuvée par des pouvoirs avancés au sens matérialiste sera également interdit.

Si vous ne comprenez pas tout le déroulement de ces événements, vous naviguerez à pleines voiles vers la future « liberté », qui consistera dans le fait que des lois seront promulguées qui interdiront d'enseigner quoi que ce soit sauf dans une zone autorisée ; des lois qui interdisent tout ce qui ressemble de loin à quelque chose comme, par exemple, ce que nous faisons ici.

Aujourd'hui, de telles choses ne sont pas prises en considération parce que nous ne regardons pas quelle est la tendance de l'évolution.

Certes - il faut le souligner encore et encore - nous ne pourrons pas faire grand-chose à notre époque.

Mais les choses doivent commencer par des pensées, elles doivent commencer par la prise de conscience de tout cela, et nous devons commencer par ce que nous pouvons faire.

Rudolf Steiner, Dornach 7 janvier 1916



Le "diviser et impera" 2.0


Non seulement "tout le monde aussi" mais aussi "c'est ce que tout le monde pense" et celui qui ne pense pas de la même manière devient l'ennemi à anéantir.

Ceux qui ne se plient pas à la « nouvelle normalité » sont marginalisés, ostracisés et, à l'avenir, très probablement séparés et privés de leurs droits civils.


"L'uniformité nourrit le conformisme, et l'autre face du conformisme est l'intolérance".

Zygmund Bauman


Zygmund Bauman


Nous observons la création d'une faille au sein de l'humanité.

Non seulement dans la sphère publique, mais aussi dans la sphère personnelle ;fracture promue non seulement par les gouvernements, les médias et les représentants de la science, mais impliquant les collègues, les amis et la famille.

Une fracture décidée, souhaitée et favorisée par ceux qui veulent diviser pour mieux dominer.

Tout ce qui s'est passé ces derniers mois l'atteste au-delà de tout doute raisonnable.

La peur, l'incertitude, les indications contradictoires, la succession d'ordres conflictuels, l'absence (volontaire) d'un sens logique des indications et des obligations, la manipulation médiatique, ont pour but de rendre les faibles de plus en plus faibles et privés de références puis de les jeter contre ceux-là qui ont laborieusement conquis les références.

Mais comment cette manipulation globale a-t-elle été possible, surtout dans un pays comme l'Italie qui a toujours brillé pour la créativité et l'indépendance ?


"Vous voyez, dans le monde, il existe des moyens par lesquels des suggestions de masse peuvent être générées.

Lorsque vous voulez créer des suggestions à grande échelle, vous devez introduire quelque chose de sensationnel dans le monde.

De la même manière qu'une seule personne peut être influencée (…) des groupes entiers peuvent être influencés, il suffit d'utiliser les bons moyens, et surtout de savoir ce qui lie concrètement les personnes

de ces groupes les unes aux autres.

Il existe un moyen par lequel la force résidant dans un seul homme peut être dirigée dans une direction spécifique.

Il peut être convaincu de son amour profond pour la paix, mais il mène ses actions sous l'influence de la suggestion.

Il est assez différent de ce qu'il fait.

La même chose peut également être faite avec les sentiments de groupes entiers, si vous avez les bonnes connaissances. Il suffit de choisir les moyens appropriés. Il suffit de pousser dans une certaine direction, par une sorte de supercherie en grand style, une force vitale,

mais qui n'a pas de direction particulière (...).

Une telle suggestion collective existe, elle a agi, agit

et agira extrêmement efficacement."

Rudolf Steiner, Dornach, 9 décembre 1916


Cette suggestion collective a connu un succès impressionnant et a fait mouche dans tous les domaines.

Les victimes - comme beaucoup d'entre nous ont eu l'occasion de le vivre sur leur peau - n'appartiennent pas à une classe, ni culturellement, ni politiquement, ni socialement homogène.

C'est la classe transversale de ceux qui ont abdiqué l'esprit critique, qu'ils soient jeunes ou mûrs, instruits ou ignorants, riches ou pauvres.

Cependant, bien que la grande majorité de la population ait été effectivement manipulée, il existe des individus réfractaires à cette opération psychologique: des personnes à l'esprit plus critique, des non-alignés, des personnes en marge de la reconnaissance sociale.

Il me semble donc juste de croire que la plupart de ceux sur lesquels la manipulation a eu des effets limités sont ceux qui n'ont pas besoin de s'identifier à un groupe social : les moins éduqués, les indépendants, les non-alignés.

Peut-être parce que ces catégories sont moins sensibles aux menaces d'expulsion du groupe auquel elles appartiennent si elles ont une pensée non alignée, étant donné qu'elles ne s'identifient pas à un groupe social.

Il est important d'essayer d'identifier les voies - certainement multiples - par lesquelles les

« hérétiques » ont réussi à échapper au joueur de flûte de Hamelin de la Pensée Unique.

En un mot, je diviserais le « conditionnement immunitaire » en cinq catégories :


1 - des gens simples mais avec une sagesse naturelle, comme la vieille dame qui a lâché sur le terrorisme médiatique : « mais qui veulent-ils duper avec cette nouvelle dramatique chaque jour ? J'ai vécu la guerre, avec les bombardements et les rafles ; alors oui il fallait avoir peur, pas aujourd'hui d'une grippe" ;

2 - ceux qui, par choix, ne suivent pas les médias, n'ont peut-être pas leur propre télévision et ont donc pu échapper à la pression émotionnelle conditionnée par le récit de la pandémie ;

3 - ceux qui - peut-être déjà habitués au doute systématique sur la véracité des médias - à partir des premières incohérences du cirque médiatique, ont commencé à se poser des questions, à essayer d'enquêter sur la question, en puisant dans toutes les sources accessibles ;

4 - qui, étant un professionnel du secteur scientifique, et notamment virologique, a compris que les incohérences du récit scientifique n'étaient pas imputables à l'incompétence mais à des falsifications conscientes ;

5 - ceux qui, connaissant la spiritualité, ont tout de suite compris qu'il y avait dans toute l'histoire de fortes dissonances qui invalidaient la cohérence narrative.


Dans ces lignes, Rudolf Steiner parle de l'attitude à avoir vis-à-vis des tragédies de notre temps, qui concernaient à l'époque la Grande Guerre, mais je pense qu'elles correspondent aussi parfaitement à la tragédie que nous vivons aujourd'hui :


« Je suis convaincu que l'une des principales raisons pour lesquelles une tragédie comme celle qui se produit aujourd'hui peut frapper le monde est de fermer les yeux sur ces réalités et de parler de ce qui se passe

sur des bases totalement inadéquates.

En fait, même face à de si grands événements,

chacun devrait partir de la connaissance de soi.

Et un fragment de connaissance de soi, c'est aussi de savoir que, quand on dit :

« Les choses semblables ne nous concernent pas, nous voulons juste entendre parler de phénomènes occultes », à ce moment-là ces forces sont renforcées, même si de façon infime, ces forces qui, s'articulant dans toutes leurs branches et se rejoignant, conduisent à des catastrophes

comme celle que nous vivons aujourd'hui.

"Occulte", mes chers amis, n'est pas seulement ce qui concerne les mondes supérieurs - initialement ceux-ci sont certainement cachés, occultes pour tous les hommes. Mais pour beaucoup d'hommes, ce qui se passe dans le monde physique est aussi caché ! Et nous voulons espérer qu'une grande partie de ce qui est caché ici par nous devienne visible !

Que tant de faits restent cachés à tant de gens constitue une des sources de la misère dans laquelle nous vivons ».

Rudolf Steiner, Dornach 16 décembre 1916


Comme Rudolf Steiner avant lui, Giulietto Chiesa était également prophétique lorsqu'il affirmait que les puissances occultes transnationales feraient n'importe quoi pour gagner, même au prix de détruire toute l'humanité.

Ce qui se passe en est la preuve ;pour cela, il a parlé de la nécessité d'allumer de nombreux petits feux de résistance.


Nous vivons aujourd'hui une époque apocalyptique qui nous confronte à nous-mêmes et à notre courage. Apocalypse signifie révélation et la tâche fondamentale de notre communauté est donc de fournir les outils pour le dévoilement de la réalité et d'apporter une contribution à une nouvelle renaissance sociale, culturelle, politique mais surtout spirituelle.

Notre "Great Reset".

Cette guerre ne peut être gagnée que si le message est passé que "jamais, à aucun moment elle n'a existé et il n'y aura jamais la possibilité de notre défaite".


Développements futurs


Mais il ne faut pas, en revanche, se leurrer sur ce que seront raisonnablement les prochains développements.

Étant donné que la réaction d'un grand nombre de personnes contre la dictature sanitaire que nous vivons n'a que légèrement ralenti le processus mis en place depuis le début de ces événements, il faut considérer que des sociétés entières ne se laissent pas transformer en pseudo- systèmes totalitaires, sans réagir par des émeutes, le chaos et les rébellions violentes.

Même si le processus de "formatage" des personnes a eu des effets pour le moins extraordinaires, il arrive un moment où il faut pousser les personnes qui ne se plient pas à la nouvelle "réalité" à se révolter, afin qu'elles puissent être réprimées et officiellement transformés en ennemis.

Que se passe-t-il actuellement.

Alors que font ceux qui rencontrent ceux qui ne reconnaissent pas la « nouvelle normalité » ? Simples, comme dans le film Minority Report, ils dénoncent les "crimes de pensée" des rebelles aux grandes entreprises technologiques ou aux forces de l'ordre des gouvernements "démocratiques" dans l'espoir de détruire ou d'endommager leur vie, ou, à tout le moins , de les faire, de les censurer ou de les faire disparaître de la vue du public.

Comme Rudolf Steiner l'a déclaré prophétiquement en 1916 :


« Il ne faudra pas longtemps pour que l'an 2000 sera passé au calendrier, ce qui se manifestera - à partir de l'Amérique - une interdiction, non pas directe,

mais en tout cas une interdiction de toute pensée,

une loi qui visera à étouffer toutes les pensées individuelles.

D'une part, cela a commencé par ce que fait aujourd'hui la médecine purement matérialiste, où l'âme ne peut plus fonctionner, où l'homme n'est traité comme une machine que sur la base d'une expérimentation extérieure ».

Rudolf Steiner, Berlin 4 avril 1916


Peut-être ne croyions-nous pas que certaines avancées se réaliseraient.

Si tôt et si précisément.

Pourtant, les prédictions de Steiner sur la future Seconde Guerre mondiale, la vache folle, le déclin de l'Occident, la technocratie, auraient dû nous convaincre de l'imminence de ces événements.

Maintenant, cependant, étant donné que ceux qui maintiennent encore l'utilisation de la pensée critique représentent probablement 20/25% de la population totale, il devient difficile pour l'agenda d'éliminer totalement la dissidence.

Nous essayons donc d'étiqueter les rebelles avec des définitions de "théoriciens du complot antisocial", "négationnistes", "désinformateurs no-vax", "extrémistes potentiellement violents", et d'autres à venir, afin qu'ils puissent être dépeints comme des monstres dérangés marginalisés par la société pour leur responsabilité.

Ici aussi, Steiner nous vient en aide lorsqu'il parle de l'usage du langage :


"Quand on veut arriver à un certain résultat dans le monde, un résultat qui doit représenter le contraire du sens régulier de l'évolution de l'humanité, eh bien, alors on lui donne, pour ainsi dire, un nom qui signifie le contraire.

L'humanité doit apprendre à ne pas croire aveuglément aux noms."

Rudolf Steiner, Stuttgart 21 septembre 1920


C'est la néo-langue, bébé


Le processus d'altération du langage est désormais bien établi - il suffit de penser à des expressions telles que "guerre humanitaire", "missions de paix", "démocratie", "antifascisme" "santé publique" dont le vrai sens est exactement le contraire - et il continuent de plus en plus effrontément, ce qui ne peut manquer de conduire à la confrontation sociale de ceux qui n'hésitent pas à penser aux pensées des tiers et de ceux qui persistent à vouloir penser à leurs propres pensées.

Mais ce dernier ne s'adaptera pas facilement; ils pourront les séparer, leur interdire de voyager, ne pas donner d'espace médiatique à leurs protestations, les censurer, supprimer leurs comptes de réseaux sociaux ou leurs comptes bancaires mais, devant garder un simulacre externe de "démocratie", ils ne pourront les faire disparaître par la force.


"Les gens ne peuvent plus être contrôlés par la force et, par conséquent, afin de ne pas leur faire comprendre qu'ils vivent dans un état d'aliénation, d'oppression, de subordination, il est nécessaire de changer de conscience."

Noam Chomsky


Par conséquent, la stratégie probable des "Maîtres du monde" est de pousser les résistants au désespoir, les pressant jusqu'à ce qu'ils perdent la tête.

Lorsque cela se produira, des émeutes de rue commenceront. Ils commencent déjà ces jours-ci en France et en Grèce.

Et c'est précisément le but de l'Agenda.

Ainsi ils pourront confirmer le passage du « no-vax », qui met en danger la santé publique, à

« l'extrémisme violent », qui menace la vie des honnêtes citoyens.

« On vous l'a dit, vous souvenez-vous que celui qui ne se fait pas vacciner est un danger pour tout le monde ? Maintenant, vous pouvez le voir de vos propres yeux !"


"Ne les appelez pas no-vax. Appelez-les par leur nom: délinquants."


Vieille histoire, mais evergreen.

Le pouvoir a désespérément besoin de se transformer en « extrémistes », « terroristes »,

« dérangés » ceux qu'il doit faire taire avant de pouvoir « encourager » les autres avec leur

« désinformation ».

Bref, nous essayons de créer un nouvel apartheid, non plus des blancs contre les noirs, mais des vaccinés contre les non vaccinés; le racisme que vous voulez chasser par la porte rentre par la fenêtre.

Malheureusement, ils sont susceptibles d'atteindre leur objectif. Alors, comment défendre ceux qui croient encore à la capacité d'utiliser l'esprit critique ?

Car ici il ne s'agit pas de vaccin-oui/vaccin-non, mais de pensée-oui/pensée-non.

Ceux qui choisissent de vacciner parce qu'ils y sont contraints ou parce qu'ils sont informés et croient toujours que les avantages l'emportent sur les risques, doivent être respectés et non ridiculisés, mais il devrait en être de même pour ceux qui décident consciemment de ne pas se faire vacciner.

En tout cas, on ne peut pas se leurrer que les "Maîtres du monde" vont abandonner l'entreprise, au contraire, à mon avis, ils vont augmenter la pression, accélérer leurs stratégies, jusqu'à ce que les gens commencent à paniquer, donnant lieu à des troubles sociaux.

Si c'était arrivé à ce point, ils auraient peut-être gagné.

Nous serons les « extrémistes » contre lesquels ils ont mis en garde la population; ils peuvent faire ce qu'ils veulent de nous, avec l'approbation ou l'indolence de nos anciens amis.

Mais nous sommes nombreux et de plus en plus motivés; nous ne sommes pas dans l'Allemagne nazie, ni dans l'Union soviétique des goulags.

Ils peuvent nous séparer, nous interdire de voyager, occulter nos protestations, nous censurer, faire taire nos opinions, annuler nos comptes bancaires en un clic, mais ils ne pourront pas nous faire disparaître par la force.


Dissonance cognitive et division de l'humanité


« Le mal a été véritablement et pleinement banalisé, et ce qui compte le plus, parmi les conséquences, c'est que nous ayons été ou serons bientôt rendus insensibles à sa présence et à ses manifestations ».

Zygmund Bauman


Nous sommes donc confrontés à une dissonance cognitive qui implique la majorité de l'humanité.

Rudolf Steiner avait prévenu que si l'humanité ne s'était pas tournée vers les valeurs spirituelles, la civilisation se serait déjà effondrée à notre époque et l'humanité serait tombée dans la barbarie.

En d'autres termes, si le matérialisme avait prévalu, des événements qui auraient dû se produire dans des milliers d'années se seraient produits dans notre 21e siècle !

C'est exactement ce qui se passe aujourd'hui.


"Et si ces choses extérieures, le développement extérieur de la culture, devaient continuer et se poursuivre, et s'il n'y avait pas d'élément spirituel intérieur fort dans l'évolution, alors il arriverait en fait que les gens

deviendraient tous des rêveurs errants.

Ceci est à prendre assez au sérieux, une telle chose est possible pour l'humanité.

Et cela ne peut alors être contré qu'en s'engageant vraiment à aborder avec courage et audace le monde spirituel de la manière

que la science de l'esprit veut et peut faire.

Aujourd'hui, il est encore possible que nous, en tant qu'humanité, puissions travailler dur pour devenir intérieurement actifs.

Mais tous ceux qui s'en rendent compte doivent travailler sérieusement

et avec tous les moyens possibles.

Rudolf Steiner, Stuttgart, 11 juillet 1923


La tendance à ne pas penser est bien évidente à notre époque; en dehors des manipulations externes évoquées ci-dessus, la dépendance générale à la réalité virtuelle conduit dans la plupart des cas à l'abdication de ses propres capacités de jugement autonome.


"Petit à petit, l'homme ne veut plus penser

car cela commence à devenir désagréable.

Penser devient désagréable.

L'homme préfère rêver bien plus que penser"

Rudolf Steiner, Stuttgart, 11 juillet 1923



Nous vivons dans une société égoïste et dépendante de l'informatique, et non dans une civilisation visant des idéaux moraux élevés. Il suffit de regarder la politique mondiale, l'hypocrisie, la cupidité, l'égoïsme et la brutalité sanguinaire, pour voir la barbarie en action.


Deux courants humains


Rudolf Steiner dans ses descriptions du futur parlait rarement de l'humanité dans son ensemble. Il a parlé de la partie de l'humanité qui se tournerait vers l'esprit. Numériquement cela peut être une toute petite partie de l'humanité, une poignée d'hommes, ce n'est pas une question de nombre mais de qualité.

Peut-être sommes-nous, d'une part, aux premiers craquements qui préludent à l'effondrement de l'empire néolibéral mondial et, d'autre part, aux premiers signes de la séparation de deux courants humains; l'un adressé aux valeurs spirituelles et l'autre exclusivement aux valeurs matérielles. On pourrait ajouter: l'un capable d'utiliser la pensée critique et l'autre sujet à l'absorption de pensées imposées.


L'avenir de la civilisation sera ou ne sera pas couronné de succès, selon ce que les premiers accompliront, bien qu'ils soient une poignée d'hommes.

Rudolf Steiner avait très clairement prévu cette éventualité.

Ceux qui suivent le chemin de la spiritualité doivent à un certain moment faire des choix différents de ceux de la masse.

Mais aujourd'hui, des millions de jeunes font le mauvais choix, cherchant à s'évader dans des mondes virtuels.

Ils choisissent un nouveau soi, un avatar qui apparaît sur l'écran de l'ordinateur et passent le plus clair de leur temps dans une sphère de conscience visant une identité différente, dans un faux monde centré sur l'ordinateur.

Le moi de l'homme est immergé dans le moi du remplaçant sur l'ordinateur.

La prochaine étape pour unir l'esprit et la machine est évidente: une connexion directe entre le cerveau et l'ordinateur. Un sujet lié à cela est celui des nanotechnologies, où les équipements mécaniques et électroniques sont construits si petits que dans certains cas, ils ne peuvent pas être vus à l'œil nu.

On a beaucoup écrit sur les instruments médicaux si miniaturisés qu'ils peuvent être insérés dans une veine et parcourir la circulation sanguine comme un petit sous-marin, par exemple pour débloquer une veine.

Des microprocesseurs peuvent être injectés pour atteindre le cerveau et s'installer. Le problème de la connexion des puces aux neurones a également déjà été résolu.

Mais peut-être même que cela est déjà passé, peut-être que des champs de force contrôlés à distance suffiront, une sorte de résonance magnétique, sans supports matériels.


Il est évident que ces techniques visent à contrôler de larges secteurs de l'humanité à leur insu.

Pour ceux qui souhaitent rester indemnes de ces intrusions, des techniques occultes spéciales seront nécessaires pour protéger leur esprit de telles intrusions.


« Ce qui devrait arriver si seulement les anciennes impulsions continuaient à fonctionner, serait un dépassement peut-être pas encore rêvé, non seulement dans un sens extérieur, mais un engourdissement de la domination, un simple dépassement extérieur de la technologie et une détérioration, parce que tout intérêt religieux, scientifique, philosophique, artistique et même, dans un sens plus élevé, éthique serait retiré de l'âme humaine.

Les gens deviendraient une sorte d'automates vivants

si de nouvelles impulsions spirituelles ne venaient pas.

Rudolf Steiner, Helsingfors, 11 avril 1912


Alors que le désir de millions de personnes de s'échapper vers un monde imaginaire grandit de plus en plus et que les ordinateurs sont de plus en plus sophistiqués pour fournir des niveaux de réalisme impensables aujourd'hui, il est raisonnable de supposer qu'une grande partie de l'humanité choisira de passer sa vie dans ce monde monde virtuel.

Ils seront connectés au World Wide Web via la radio (Wi-Fi) entre les puces du cerveau et Internet, ou avec des champs de force, et il y aura des systèmes de soutien vitaux qui leur permettront de ne jamais s'arrêter, que ce soit pour se nourrir ou pour toute autre chose.


"Je crois que nous approchons du moment crucial :

l'homme doit décider s'il n'est qu'une machine ou bien plus qu'une machine.

Sinon, le risque est de retrouver l'humanité asservie

par des machines contrôlées par les puissants.

Nous devons enfin découvrir notre dimension spirituelle

et apprendre à utiliser les machines pour le bien commun ».

Federico Faggin


Pour ce nombre d'humains qui sacrifient leurs forces d'âme, il n'y aura plus seulement des scénarios de jeu comme ceux d'aujourd'hui, mais des situations programmées en temps réel par un super ordinateur qui adaptera constamment les scènes aux réponses émotionnelles du joueur.

Chacun d'eux vivra dans son propre monde.

Ce sera la dernière subdivision de l'humanité.

Que faire alors ?

Tout d'abord, connaître le scénario qui se déroule devant nous.

Sans connaître l'ennemi, nous sommes vaincus d'emblée; lire, nous informer, discuter, approfondir le moment que nous vivons à tous points de vue.

Puis on se rend compte que, si on est - et on est - co-responsable de cette situation, il faut d'abord travailler sur soi.


"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde"

Gandhi


Sur le plan pratique, allumez de nombreux petits feux comme disait Giulietto Chiesa; répandre nos pensées et soutenir nos opinions avec sérénité et courage sans tomber dans les pièges de l'agression mutuelle.

Ils sont plus nombreux et plus soutenus par le système que nous et il n'y a pas besoin de faire mur contre mur; plus utile serait de semer quelques doutes.

Si possible, rejoignez une campagne de désobéissance civile non violente et consacrez une partie de notre temps à témoigner.

S'éloigner progressivement du global pour revenir au local, à la culture de la terre, aux produits sains, aux petites communautés culturelles et spirituelles où l'on peut redécouvrir ces énergies dont ils veulent nous escroquer à travers des masques/gags, la distanciation sociale, limitation de mouvement.

Boycotter au maximum les produits industriels, les services Big Tech, revenir à un commerce au maximum d'échange, de troc, mais surtout nourrir en nous la conscience du sens de ce que nous vivons.


« Nous vivons dans le soi-disant cinquième âge post-atlantique, qui a commencé au XVe siècle et qui s'étendra jusqu'au début du quatrième millénaire,

jusqu'à la fin du troisième millénaire.

Dans cette ère, l'humanité arrivera au développement de l'âme dite consciente.

Ainsi, tous les événements de cette ère pointeront finalement vers le but que l'on peut appeler la formation de l'âme consciente.

Événements douloureux et joyeux, événements tests pour l'humanité et événements que l'on peut aussi appeler dons divins pour la félicité de l'humanité, tout ce qui est plein de lumière et d'ombre servira en cet âge à éclairer de plus en plus l'homme sur lui-même et sa connexion avec le monde.

Se situer consciemment dans le monde et ainsi atteindre ce qui aux époques précédentes et jusqu'à aujourd'hui a été si fantasmé, mais qui n'a jamais été suffisamment reconnu, atteindre cela d'abord, atteindre par l'auto-éducation, ce qu'on peut appeler l'humain libre personnalité, la vraie gestion de la volonté basée sur l'auto-éducation : ce sera, à mesure que nous nous approchons, la tâche de l'humanité à cette époque.

Rudolf Steiner, Dornach, 12 octobre 1918


Conformément à ces indications et comme j'ai pu le souligner dans un autre article, si la tâche de notre temps - donc de nous tous - est de développer la conscience, de "se placer consciemment dans le monde" alors ce que nous vivons à cette époque, le changement de paradigme mondial, fait partie intégrante de cette tâche.

En d'autres termes, nous ne pouvons pas le sentir étranger mais le considérer comme un test fondamental pour l'évolution personnelle et générale de toute l'humanité.

Peut-être que le progrès ou le déclin de l'humanité future dépendra de sa capacité à accomplir cette tâche.*


Piero Cammerinesi


* https://liberopensare.com/cosi-fan-tutti/





0 commentaire