Rechercher

Ce que la hausse des prix de l'essence rapporte à l'Etat grâce aux taxes

Depuis le début de l’année, le prix des carburants s’envole en France. Une bonne nouvelle pour les caisses de l’Etat.



Confinements, couvre-feu… cette année, les vacances ont eu une saveur particulière. Mais les nombreux automobilistes français qui ont pris la route ont dû perdre leur bonne humeur au moment de faire le plein de carburant. Depuis le début de l’année, c’est une véritable flambée des prix qui sévit dans les stations-service. Selon les derniers chiffres communiqués par la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC), le prix moyen du diesel est affiché à 1,43 euro le litre à la mi-août, alors que celui du sans-plomb 95 (SP95) avoisine les 1,60 euro.

Du jamais vu depuis près de deux ans. Mais inutile de remonter aussi loin pour faire trembler son portefeuille. Au 1er janvier 2021, les prix à la pompe étaient bien moins chers qu'aujourd'hui : 1,28 euro par litre pour le diesel, 1,37 euro par litre pour le SP95, toujours selon les données fournies par la DGEC. Cette hausse en l’espace de quelques mois résulte de la montée du prix du baril de pétrole et de la reprise économique mondiale. Mais au final, elle profite surtout aux caisses de l’Etat, sachant que la fiscalité sur les carburants pèse lourd.


“Les taxes les plus importantes - celles qui pèsent le plus dans le prix des carburants - sont la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) et la TVA de 20% (sur le produit et la TICPE, ndlr), explique Francis Pousse, le président des distributeurs de carburant au sein du Conseil national des professionnels de l’automobile (CNPA). La première est une taxe fixe (son montant est même gelé depuis 2018 suite au mouvement des gilets jaunes, ndlr), tandis que la TVA est proportionnelle au prix du carburant, TICPE comprise”.


C’est donc principalement sur la TVA que l’Etat profite de la hausse des prix à la pompe. Pour un prix du sans-plomb 95 à 1,37 euro/litre, comme c’était le cas en janvier dernier, la TVA sur le produit et la TICPE représentaient un total de 0,228 euro/litre, soit 13,68 euros pour un plein de 60 litres (16,6% du prix total). En août, le cumul des taxes atteint 0,264 euro/litre, soit 15,84 euros pour 60 litres de carburant. Une différence de 2,16 euros qui peut sembler ridicule, mais qui prend très vite de l’ampleur lorsqu’on prend en compte l’ensemble de la consommation française. Selon l’Union française des industries pétrolières (Ufip), 4,55 millions de mètres cubes de carburants routiers (essence et diesel) ont été livrés sur le marché français en juillet dernier.*


* https://www.capital.fr/auto/hausse-des-prix-de-lessence-ce-quun-plein-rapporte-a-letat-grace-aux-taxes-1412379

0 commentaire