Rechercher

Covid: «Le confinement peut provoquer des effets sanitaires plus néfastes que le virus»

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Pour le médecin urgentiste Christophe Prudhomme, la situation sanitaire actuelle n’est pas catastrophique et ne nécessite pas de nouveau confinement. Selon lui, la technostructure «médico-administrative» est en partie responsable de la saturation des hôpitaux.


Christophe Prudhomme est médecin au SAMU 93, et porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf).

FIGAROVOX.- La voix des médecins, en faveur d’un reconfinement, semble se faire à nouveau entendre. Qu’en pensez-vous?

Christophe PRUDHOMME.- Je crois qu’il y a un affolement qui peut être compréhensible lorsque les gens sont sous pression et confrontés à une surcharge de travail. Il faut trouver des solutions.

Mais aujourd’hui, en examinant la situation, elle n’est pas catastrophique et n’a rien de comparable avec ce que l’on a connu au printemps dernier. Aujourd’hui en Île-de-France, nous avons 1100 malades atteints de la Covid en réanimation, 4200 pour l’ensemble du territoire national, alors que nous étions montés à 7500 de manière brutale, au printemps dernier.

Parmi ces «enfermistes», certains veulent peut-être éviter les sujets qui fâchent. Nous n’avons ouvert aucun lit de réanimation depuis janvier 2020, c’est-à-dire, juste avant la crise.

Moins de 1200 lits de réanimation en Île-de-France pour l’une des premières métropoles mondiales et 12 millions d’habitants…Il y a un problème. Problème soulevé l’année dernière. La situation n’était donc pas imprévisible.

Par exemple l’Allemagne a 2,5 fois plus de lits que la France, depuis 2003. Nous sommes face à un gouvernement qui a une posture idéologique.

Aujourd’hui, l’hôpital n’arrive pas à répondre à une crise qui est sévère mais qui n’a rien de catastrophique. L’année dernière au niveau mondial, la mortalité concernant le Covid était à peu près de deux millions de personnes. C’est ce qui est provoqué par la tuberculose et le paludisme réunis, chaque année dans le monde.


En limitant les interactions sociales, on entraîne des conséquences sanitaires pour la population, qui risquent d’être supérieures aux dégâts provoqués par la Covid.


Il ne s’agit pas de minorer les choses mais on nous oriente vers des discussions qui ne sont pas les bonnes.

Nous payons aujourd’hui, la non-action des gouvernements successifs. C’est 60000 lits en moins à l’hôpital depuis la période de Roseline Bachelot au ministère de la santé !


Ces médecins prônent des mesures strictes. Un confinement serait-il efficace face à la situation actuelle?

Ces catastrophistes je les appelle les «ayatollahs du confinement». Il n’y a que deux stratégies de confinements qui ont réellement fait preuve de leur efficacité: les stratégies chinoises et sud coréennes. Confiner, tester isoler de manière assez brutale et des qu’il y a une zone confrontée au virus, tester tout le monde et isoler de manière stricte les sujets.

L’autre est réalisable sur les îles, comme ce fut le cas, par exemple, avec la Nouvelle-Zélande ou la Nouvelle-Calédonie. Vous pouvez bloquer toutes les entrées et isoler les personnes contaminées, ce qui permet de casser la propagation de l’épidémie.


En France, ou le virus circule activement et avec de nombreux variants, aucune étude n’a montré que le confinement ou le couvre-feu avait une réelle efficacité contre la propagation du virus.

Ce qui est important c’est le respect des gestes barrières et surtout dans les lieux clos, à l’intérieur. Avec le couvre-feu a 18h en Île-de-France, les gens s’agglutinent dans les transports et se retrouvent à la même heure au même endroit, c’est totalement contreproductif.

Il vaut mieux insister sur la protection en milieu fermé, aux niveaux familial et amical. Il n’y a jamais de solutions absolues, il faut toujours mesurer le rapport bénéfices/risques. Lorsqu’ils disent vouloir confiner, comment veulent-ils confiner ? La méthode chinoise avec le taux de circulation du virus n’est plus valide.

Il y a quand même plus de français non atteints par la Covid que de personnes touchées. En limitant les interactions sociales, on entraîne des conséquences sanitaires pour la population, notamment au niveau psychologique, qui risquent d’être supérieures aux dégâts provoqués par la Covid.

Regardons la vérité en face. On nous affole avec la moyenne d’âge qui baisse en réanimation. Oui elle baisse mais pourquoi ? En raison des personnes très âgées qui sont moins nombreuses en réanimation depuis le lancement de la campagne de vaccination. Aujourd’hui, les demandes d’intervention du Samu pour les résidents d’EPHAD, chutent car ils ont été vaccinés.


Il vaut mieux rouvrir des lits en transférant et en apportant

du personnel de province, ce serait plus efficace

en termes de temps et de logistique.


Selon vous, les décisions prises, sont plus politiques et administratives que sanitaires ?

Les «enfermistes» et le gouvernement agitent le chiffon rouge du confinement pour ne pas avoir à évoquer les problèmes de l’hôpital et des lits, pour lesquels, ils ont une part de responsabilité. En brandissant cette menace, ils évacuent les questions sensibles. Il y a une technostructure médico-administrative au sein de laquelle vous avez notamment Martin Hirsch, le directeur général de l’assistance publique et Bruno Riou, directeur médical de crise, qui sont en faveur d’un confinement et qui font de la politique.


La catégorie socio professionnelle la mieux représentée en politique sont les professeurs de médecine, quelle que soit l’étiquette. Il y a un jeu politique entre cette caste des professeurs de médecine et le politique.

Pour les politiques, cette menace leur permet de se mettre en retrait et de paraître raisonnable sans avoir à endosser la responsabilité des décisions. Il y a aussi la peur des politiques qui sont obsédés par le principe de précaution depuis l’affaire du sang contaminé.

Il est regrettable d’être dans le manque d’anticipation et de prendre des décisions basées sur des sentiments au détriment de la raison.


Que préconisez-vous?

Il faut arrêter de mobiliser le personnel pour transférer les patients d’île de France dans d’autres zones. Il vaut mieux rouvrir des lits en transférant et en apportant du personnel de province, ce serait plus efficace en termes de temps et de logistique. Nous pourrions, notamment, nous servir de l’Hotel-Dieu pour accueillir des patients.

Il également nécessaire de renforcer la communication sur les gestes barrières dans les lieux clos. Laisser les gens se balader mais avec une distanciation suffisante. On ne réglera pas le problème en mettant une amende de 135 euros à quelqu’un qui ne porte pas son masque dans la rue.*


*https://www.lefigaro.fr/vox/societe/covid-le-confinement-peut-provoquer-des-effets-sanitaires-plus-nefastes-que-le-virus-20210317

0 commentaire