Rechercher

Fermetures de centres de vaccination suite au scepticisme de la population

Covid-19 : des centres de vaccination contraints de fermer

La campagne de vaccination contre le Covid-19 s’accélère, mais il y a encore des couacs. Des centres ont dû fermer. Exemple en Meurthe-et-Moselle et en Corrèze.

Les salles d’attente sont presque vides et un centre de vaccination à Jarville-la-Malgrange (Meurthe-et-Moselle) fonctionne au ralenti. Il devrait vacciner 400 personnes par jour, mais seule une centaine de patients peuvent bénéficier d’une injection, car les doses promises cette semaine ont été diminuées de moitié. Fermeture des petits centres Le centre de vaccination de la commune de Corrèze (Corrèze), où est réalisé 100 injections par semaine, a dû fermer. C’est trop peu selon l’ARS (Agence régionale de santé), qui a décidé que les patients devraient se faire vacciner dans des centres situés à plus de 20 km. “Nous avons un territoire rural avec des personnes âgées et il faut qu’on soit au plus près pour les vacciner et les rassurer”, explique Jean-François Labbat, maire de Corrèze. Depuis que les médecins traitants et les infirmières peuvent vacciner, pour les autorités sanitaires, il n’y a plus besoin de multiplier les petits vaccinodromes.*


Vaccin AstraZenaca : 550 doses non pourvues entraînent la fermeture d’un centre de vaccination

À Calais, 550 doses du vaccin AstraZeneca n’ont pas trouvé preneur samedi dans un centre de vaccination.

Le vaccin AstraZeneca suscite toujours une certaine défiance. La preuve, samedi, 550 doses du vaccin n’ont pas réussi à trouver preneur et ont entraîné la fermeture anticipée du centre de vaccination du Forum Gambetta à Calais. Lors de la matinée, les 560 doses du vaccin Pfizer disponibles ont toutes trouvé preneur. En revanche, sur les 750 doses de vaccin AstraZeneca, seules 200 ont été administrées. Pour autant, selon Natacha Bouchart, la maire de Calais, citée par la Voix Du Nord, toutes ces doses ne seront pas perdues mais devront attendre la semaine prochaine pour être enfin utilisées.

Certains doutes persistent

Ce couac n’est qu’une demi-surprise pour la maire de Calais. Pour elle, la mauvaise publicité dont souffre le vaccin depuis quelques semaines, et notamment après plusieurs cas de thromboses (problème sanguin) détectés après la vaccination en France ou encore au Royaume-Uni est une des explications à ce manque de confiance.

Mais depuis, l’Agence européenne des médicaments a affirmé que ce vaccin était « sûr et

efficace ». Des annonces qui, pour l’instant, n’enlèvent pas certaines questions et autres interrogations que se posent encore certains.**


Au vaccinodrome du Stade de France, l’étrange impopularité de Moderna

Les créneaux réservés sur Doctolib font apparaître une énorme différence entre les rendez-vous pris d’assaut pour des doses Pfizer et ceux pour les doses de Moderna, largement boudés. Pourtant, l’efficacité des deux vaccins est similaire.***



* https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-des-centres-de-vaccination-contraints-de-fermer_4361413.html


** https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/vaccin/vaccin-astrazenaca-550-doses-non-pourvues-entrainent-la-fermeture-d-un-centre-de-vaccination-a-calais-1944143.php


*** https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-93200/au-vaccinodrome-du-stade-de-france-l-etrange-impopularite-de-moderna-05-04-2021-8430688.php#xtor=AD-1481423553



0 commentaire