Rechercher

L'ex-ministre Agnès Buzyn rejoint l'Organisation mondiale de la Santé

Direction la Suisse pour l’ancienne ministre de la Santé. Agnès Buzyn révèle ce mardi 5 janvier dans un entretien à L’Opinion qu’elle intègre le cabinet du directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus. La candidate malheureuse à la mairie de Paris s’y occupera des “affaires multilatérales”, ce qui consiste à représenter l’institution “auprès du G7, de l’ONU ou de la Fondation Bill Gates”, précise le site d’informations.

Des nouvelles fonctions qui l’obligent à quitter officiellement son siège de conseillère du XVIIe arrondissement de Paris, où elle n’a en réalité jamais siégé.

Après son échec cuisant aux élections municipales sous les couleurs de LREM, le nom d’Agnès Buzyn avait été évoqué pour prendre la présidence d’Universcience, un établissement public regroupant le Palais de la Découverte et la Cité des sciences et de l’industrie de Paris. Or, comme l’indiquait Le Monde début décembre, l’actuel président de cette structure a finalement été reconduit dans ses fonctions sur proposition de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot.

Raison pour laquelle l’ex-ministre de la Santé a pris la route pour Genève, où est situé le siège de l’OMS. Pour autant, Agnès Buzyn n’exclut pas de revenir en politique. “J’ai quitté un très beau poste pour faire de la politique, ce n’est pas pour arrêter de sitôt”, avait-elle confié à la fin du mois du juin, évoquant une possible candidature lors des prochaines élections municipales. *



Agnès Buzyn tentée par l'étranger : « Pas question ! », un avocat veut lui interdire de quitter le territoire


Agnès Buzyn voudrait-elle se lancer en politique à l'étranger ? Dans son édition parue lundi 21 décembre, L'Opinion consacre une page aux actions intentées en justice à l'encontre de personnalités politiques, et surtout pour leur gestion de la crise sanitaire en France. Parmi les personnes citées : Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, qui a quitté son poste pour se lancer dans les municipales suite à l'abandon de Benjamin Griveaux, rattrapé par des affaires privées.

Dans le journal en kiosque ce jour, l'avocat Fabrice Di Vizio a lâché : "J'apprends qu'Agnès Buzyn songe à s'établir à l'étranger ? Pas question ! Je vais saisir la commission d'instruction pour qu'elle lui interdise de quitter le territoire, qu'elle auditionne au plus vite et qu'elle la place sous contrôle judiciaire." Mais pourquoi celle qui a été remplacée par Olivier Véran se retrouve attaquée de la sorte ? Après la plainte d'une élue de Montpellier.


Tenue pour responsable de la propagation du virus


Cette élue est, d'après nos confrères, persuadée d'avoir attrapé le coronavirus en allant voter au premier tour des élections municipales le 16 mars dernier, soit deux jours avant le confinement. Cette femme aurait transmis la maladie à son père qui est ensuite décédé. Autre accusation, le Samu ferait un tri entre les patients, selon leur âges, pour les transférer à l'hôpital. C'est pour ces différents motifs que l'avocat souhaite qu'Agnès Buzyn ne parte pas à l'étranger pour ses ambitions politiques, et qu'elle s'explique devant la justice.


*https://www.huffingtonpost.fr/entry/agnes-buzyn-integre-lorganisation-mondiale-de-la-sante_fr_5ff43bebc5b65a9229115871

0 commentaire