Rechercher

L’Italie oblige son personnel de santé à se vacciner contre le Covid-19

Le 31 mars, le gouvernement transalpin a adopté une nouvelle mesure qui impose la vaccination contre le Covid-19 au personnel de santé qui travaille en contact avec le public. En cas de non-respect de cette obligation, des sanctions sont prévues, pouvant aller jusqu’à la suspension.

Un homme reçoit une dose de vaccin, à Caserta, en Italie,

le 1er avril 2021. AFP / PHOTO / ELIANO IMPERATO


Tout comme la France, l’Italie est un pays historiquement “sceptique” vis-à-vis des vaccins. C’est pour cette raison que, fin décembre, lorsque la grande campagne d’immunisation contre le Covid-19 avait à peine commencé, certains membres du gouvernement avaient envisagé de rendre la vaccination contre cette maladie obligatoire. L’idée n’avait pas été retenue par le gouvernement de Giuseppe Conte, mais son successeur, Mario Draghi, sans arriver jusque-là, a tout de même pris une mesure importante mercredi 31 mars. En effet, comme l’explique le site d’information transalpin Fanpage, “l’obligation de se vacciner a été introduite pour les médecins, les infirmiers, et les pharmaciens jusqu’au 31 décembre 2021”. Celle-ci concernera globalement “toutes ces catégories de travailleurs de la santé qui sont en contact avec les personnes fragiles et malades”. Puisque la campagne vaccinale italienne a misé en priorité sur l’immunisation du personnel de santé, une partie importante de celui-ci a déjà reçu ses deux doses. Par conséquent, dans les jours qui viennent, l’exécutif lancera des contrôles pour vérifier que les travailleurs visés ont bien obtempéré à cette nouvelle obligation. En cas de non-respect de celle-ci, des rappels à l’ordre sont prévus, mais si même cette démarche devait se montrer inefficace, le gouvernement s’autorise à prendre des mesures, détaille le quotidien milanais Corriere della Sera : "La personne concernée peut être suspendue de son droit d’effectuer des tâches qui impliquent des contacts interpersonnels. L’employeur est alors chargé de lui trouver de nouvelles missions qui ne risquent pas d’alimenter la diffusion du SARS-CoV-2. Si ce changement de tâches n’est pas possible, l’employé peut être suspendu complètement, et pendant cette période, sa rémunération ne lui est pas due.” Ce n’est pas un choix privé Face à ces mesures assez sévères, bien que limitées dans le temps, certains professionnels de santé élèvent la voix pour protester. Néanmoins, la majorité de la presse transalpine semble appuyer cette réforme, à l’instar de ce journaliste du magazine Wired, qui se réjouit : "C’est une question de principe. Car la personne travaillant dans le secteur de la santé et qui décide de prendre le risque de ne pas se faire vacciner, fait aussi courir un risque à ceux qu’elle soigne. Ce n’est donc pas un choix privé dans ce cas, mais une question qui concerne la santé publique dans son ensemble.”*


*https://www.courrierinternational.com/article/contrainte-litalie-oblige-son-personnel-de-sante-se-vacciner-contre-le-covid-19

0 commentaire