Rechercher

La présidente de l’UE accusée de collusion avec Pfizer

La médiatrice de l’UE, Emily O’Reilly, accuse la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen de « mauvaise administration » et lui ordonne de remettre les textos secrets qu’elle a envoyés au PDG de Pfizer lors des actions entreprises pour acheter 1,8 milliard d’injections Covid.

Cette requête fait suite à une demande d’accès à l’information déposée par un journaliste.



Pfizer est le plus grand fournisseur vaccinal de l’UE


En avril de l’année dernière, le New York Times a révélé que la dirigeante européenne et le patron de Pfizer Albert Bourla avaient échangé des SMS et des appels concernant l’achat de vaccins pour les pays de l’UE.

Ursula von der Leyen, qui s’est déclarée favorable à la vaccination obligatoire dans l’UE, a utilisé la « diplomatie personnelle » pour conclure l’accord pour 1,8 milliard de vaccins Pfizer, a révélé le journal.

Le journaliste Alexander Fanta, du site d’information netzpolitik.org, a ensuite demandé à la Commission l’accès aux SMS et autres documents, mais l’exécutif ne les a pas fournis.

Plus de la moitié des 4,2 milliards de doses achetées ou optionnées par la commission proviennent de BioNTech-Pfizer, ce qui en fait de loin le plus grand fournisseur des efforts vaccinaux de l’UE.


« La Commission est déconnectée de la démocratie européenne »


La Commission refuse de divulguer des aspects clés de ses contrats avec les fournisseurs de vaccins Covid, notamment sur les prix, invoquant le secret commercial.

« Cette affaire est plus importante qu’un simple échange de SMS », a estimé l’eurodéputée néerlandaise Sophie in’t Veld (du groupe Renew Europe). « La Commission européenne est devenue moins transparente, moins responsable devant le Parlement européen et franchement plus déconnectée de la démocratie européenne », a-t-elle dénoncé, appelant le Parlement européen à réagir.


Source : Dépêche AFP parue dans la Libre Belgique


La cheffe de l’UE avec le boss de Pfizer: un câlin et beaucoup de vaccins


Cette photo interpelle, à l'heure où Ursula von der Leyen clame que «l’Union européenne doit réfléchir à rendre la vaccination obligatoire». Et ce alors que les nouveaux variants rendent les injections géniques obsolètes et la 3e dose inutile. Une pétition est lancée en France pour contrer cette "tyrannie vaccinale" et exiger la promotion des traitements, y compris naturels.


Depuis des mois, la question des conflits d’intérêts, cruciale, peine à s’imposer sur le devant de la scène médiatique.

Un exemple de la problématique est incarné par cette image, datée du 11 novembre 2021. On y voit la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen remettre pour le moins chaleureusement à Albert Bourla, directeur général (CEO) de Pfizer le Distinguished Leadership Award 2021. Entrevue charmante et non masquée, qu’on pourrait sans exagérer qualifier de « déplacée », voire davantage, sachant que l’UE a acheté 1,8 milliards de doses à Pfizer (pour environ 20 dollars la dose).


Un câlin avec Pfizer… et un mariage avec une société spécialisée en thérapies géniques ?


Wikipedia indique que la dirigeante européenne est aussi mariée depuis 1986 avec le médecin Heiko von der Leyen, devenu PDG d’une entreprise d’ingénierie médicale. Il est depuis décembre 2020 directeur médical (medical director) de la société de biotechnologies Orgenesis, spécialisée en thérapies cellulaires et géniques.

Le 6 mai 2021, Orgenesis annonce avoir obtenu l’approbation de l’agence américaine du médicament, la FDA, pour mener une première étude d’utilisation sur l’homme de la technologie Tissue Genesis Icellator 2 dans le traitement du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) résultant d’une infection au COVID-19.

Et maintenant l’UE, s’appuyant sur l’exemple autrichien, va-t-elle instaurer une vaccination obligatoire, après avoir juré le contraire ?

Alors qu’avec le variant delta, les hôpitaux se sont remplis de malades Covid vaccinés… sauf dans les pays peu vaccinés – Inde, Japon, Afrique – où l’épidémie est en chute libre.

Et alors qu’aujourd’hui, le nouveau variant Omicron, contagieux mais bénin, se montre insensible aux injections géniques élaborées en 2020 sur la base du tout premier virus, aujourd’hui disparu.


PDG de Moderna et vaccins inefficaces : «Omicron remet en cause toute la stratégie vaccinale»


Le variant Omicron compte 32 mutations identifiées sur la protéine Spike.

Le patron de Moderna lui-même, Stéphane Bancel, a reconnu dans une interview au Financial Times [2] qu’« il est quasiment impossible que l’efficacité des vaccins face au nouveau variant Omicron soit au même niveau que celle observée face au variant Delta. Tous les scientifiques à qui j’ai parlé le disent: cela ne va pas le faire ».

La veille, à la chaîne américaine CNBC, il avait encore dit : « Le variant Omicron remet en cause toute la stratégie vaccinale ».

Et il a enfoncé le clou: « Il pourrait s’écouler plusieurs mois avant qu’un vaccin efficace contre le variant Omicron puisse être rendu disponible ».[3]


OMS opposée à la 3e dose généralisée


De même, l’Organisation mondiale de la santé s’est déclarée opposée à la généralisation d’une 3e dose.

La scientifique en chef de l’OMS, la Dr Soumya Swaminathan, recommande de réserver la 3e dose aux seules personnes à risque et appelle les gouvernements à « prendre des décisions qui s’appuient sur la science et non sur les déclarations des laboratoires qui déclarent que leur vaccin doit être administré comme booster en 3e dose ». [4]


Pétition lancée en France contre la « tyrannie vaccinale »

Nous reproduisons ci-dessous les arguments des pétitionnaires.


Ceux-ci rappellent que les « vaccins » :


1. n’empêchent pas la contagion

Le premier ministre Jean Castex, doublement vacciné, a été testé positif au Covid-19 le 22 novembre[5]. Avec lui, ce sont des dizaines de milliers de vaccinés qui ont attrapé le Covid ces dernières semaines. Aux Etats-Unis, l’ancien secrétaire d’Etat Colin Powell est mort après avoir reçu sa double dose.

En faisant croire aux vaccinés qu’ils sont «protégés», ceux-ci se testent moins.

De plus, la vaccination ferait même circuler et muter le virus plus vite, comme l’a montré une étude épidémiologique parue dans la prestigieuse revue Nature[6].


2. n’empêchent pas les formes graves

Les chiffres de la DREES (service français de statistiques sanitaires) sur le nombre d’hospitalisations causées par le Covid-19[7] montrent que la proportion de patients doublement vaccinés et hospitalisés pour Covid-19 est aujourd’hui fortement majoritaire par rapport aux non-vaccinés.

La plupart des pays européens ont des proportions similaires.

Ainsi, un vaccin censé «au moins» empêcher les formes graves… n’empêche pas les formes graves.


3. ont un effet d’à peine 6 mois

Une étude du Lancet observe que la protection toute relative contre les formes graves tombe à 47% six mois seulement après l’injection[8].

Quel vaccin nécessite trois doses en moins d’une année pour continuer à prétendre être efficace? Aucun.

Accepter la 3e dose, ce serait accepter une 4e, 5e, puis 6e dose, etc.


4. comportent certains risques

À la date du 11 novembre, l’ANSM recensait officiellement 111 335 cas d’effets secondaires causés par les vaccins anti-Covid en France.

Il s’agit de thromboses, myocardites, péricardites, AVC, troubles neurologiques, réactivations d’autres virus, pancréatites aigües, troubles des reins et du foie, fertilité et règles perturbées, crampes et mobilité réduite.

Plus de 100’000 personnes en bonne santé ont ainsi été sacrifiées pour une «protection» illusoire, s’inquiètent les pétitionnaires.

Au niveau de l’UE, ce sont plus de 30’000 décès et plus de 3 millions d’effets secondaires sérieux signalés après l’injection d’une dose. Même s’il n’est pas possible de démontrer un lien causal avec le vaccin – parce qu’on ne fait quasiment pas d’autopsies – ces « coïncidences » sont 50 à 100 fois plus nombreuses qu’après les vaccins anti-grippe.


Pourquoi s’entêter à refuser les autres solutions, comme les traitements ?


Nos gouvernements restent têtus, affirment les auteurs de la pétition, ne cessant de considérer la vaccination comme la seule et unique solution possible.

Pourquoi ne s’intéresse-t-on pas davantage aux traitements préventifs ET curatifs ?

Pourquoi ne promeut-on pas l’immunité naturelle, documentée comme supérieure à l’immunité des vaccins ?

Il y a de nombreuses solutions éprouvées pour moinsattraper le virus et, si on l’attrape, de courir moins de risques d’être hospitalisé[9]. Mais les gouvernements ne les écoute pas !

Dans une tribune publiée dans La Revue du praticien[10], 73 médecins et professeurs d’Université affirment que la vitamine D, dont nous sommes tous carencés en hiver, est cruciale pour lutter contre le Covid-19.

Dans une remarquable étude allemande[11], des immunologistes mondialement reconnus ont montré qu’«une carence en zinc peut être ajoutée aux facteurs prédisposant les individus à l’infection et à une progression néfaste du Covid-19.».


Pourquoi les Ministères de la Santé ne distribuent-t-ils pas d’urgence de la Vitamine D et du zinc à toute la population ?


Pourquoi ne nous parlent-t-ils pas de la colchicine contenue dans le colchique d’automne, qui permettrait de réduire significativement les hospitalisations, intubations et décès liés au

Covid-19 ?[12]

Pourquoi ne recommandent-t-ils pas des plantes comme l’Andrographis ou l’Artemisia qui ont fait leurs preuves contre les infections respiratoires?[13][14] Et tant d’autres solutions comme le spray nasal à la propolis, qui bloque le virus dès son entrée dans le corps.


En résumé, la pétition demande (…) :

  • d’annuler immédiatement sa décision de rendre obligatoire l’injection d’une 3e dose

  • de ne pas céder à la pression exercée par la présidente de la Commission européenne, visant à rendre définitivement obligatoire la vaccination

  • de communiquer sur les différentes méthodes qui ont déjà fait leurs preuves et permettraient de renforcer notre immunité, et notamment les solutions naturelles

  • d’apporter son soutien aux médecins partout en France, qui continuent à prescrire, en silence, des thérapies non-vaccinales contre le Covid

  • de consacrer les moyens humains, techniques et financiers nécessaires pour la recherche de nouveaux traitements de soins naturels contre le Covid *

Références :

[1] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/covid-19-ces-francais-qui-ont-deja-decide-de-refuser-la-troisieme-dose_2161478.html [2] Ouest-France. (30.11.2021). Le variant Omicron devrait rendre les vaccins actuels moins efficaces, selon le patron de Moderna. https://www.ouest-france.fr/sante/vaccin/le-variant-omicron-devrait-rendre-les-vaccins-actuels-moins-efficaces-selon-le-patron-de-moderna-59f8d5bc-51a9-11ec-8e47-dc859594d424 [3] https://www.cnbc.com/video/2021/11/29/moderna-ceo-stephane-bancel-breaks-down-omicron-vaccine-strategy.html [4] https://www.liberation.fr/checknews/pourquoi-loms-est-elle-defavorable-a-la-generalisation-de-la-troisieme-dose-de-vaccin-anti-covid-20211128_EM4RYPTM5RHA3LOVDXNIV5OTNM/ [5] https://www.franceinter.fr/politique/le-premier-ministre-jean-castex-positif-au-covid-19 [6] Rella, S.A., Kulikova, Y.A., Dermitzakis, E.T. et al. (2021). Rates of SARS-CoV-2 transmission and vaccination impact the fate of vaccine-resistant strains. Sci Rep 11, 15729. https://doi.org/10.1038/s41598-021-95025-3 [7] République Française, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (19.11.2021). Les travaux de la DREES liés à la crise sanitaire de la Covid-19. https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/article/les-travaux-de-la-drees-lies-la-crise-sanitaire-de-la-covid-19 [8] Tartof A Y, Slezak J M, Fischer H et al. (2021). Effectiveness of mRNA BNT162b2 COVID-19 vaccine up to 6 months in a large integrated health system in the USA: a retrospective cohort study. The Lancet 398 (10309) : 1407-1416. DOI:https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)02183-8 [9] La revue du praticien (01.2021). Effet bénéfique de la vitamine D dans la Covid : quelles sont les données ? https://www.larevuedupraticien.fr/article/effet-benefique-de-la-vitamine-d-dans-la-covid-quelles-sont-les-donnees [10] https://www.larevuedupraticien.fr/article/effet-benefique-de-la-vitamine-d-dans-la-covid-quelles-sont-les-donnees [11] Wessels I, Rolles B, Rink L, « The potential impact of zinc supplementation on COVID-19 pathogenesis. », Frontiers in Immunology, juillet 2020, doi:10.3389/fimmu.2020.01712 [12] Anaïs Brasier, « La colchicine réduit le risque de complications liées à la COVID-19, selon une étude », Radio Canada,‎ 23 janvier 2021 [13] https://bhekisisa.org/health-news-south-africa/2021-01-18-miracles-and-medicine-how-covid-19-has-been-changing-the-traditional-remedies-game/ [14] https://www.masantenaturelle.com/chroniques/nouvelle/Thailande_et_OMS_encouragent_utilisation_de_plantes_medicinales.php


* https://www.covidhub.ch/la-cheffe-de-lue-avec-le-boss-de-pfizer-un-calin-et-beaucoup-de-vaccins/

0 commentaire