Rechercher

"Le devoir avant les droits" le candidat Macron veut redéfinir le contrat social

Macron le Jupitérien ne s'abaisse pas à un quelconque débat avec ces futurs adversaires en vue de l'élection présidentielle. Il préfère passer au-dessus et ainsi éviter toutes remises en question de sa politique sanitaire dictatoriale... après tout il n'est pas responsable, il ne fait qu'obéir qu'aux ordres de l'Union Européenne.



« Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal s'est déclaré «  sceptique », samedi 29 janvier dans Le Parisien, sur l'utilité d'un débat avant le premier tour de la présidentielle pour le quasi-candidat Emmanuel Macron face à des rivaux qui installent, selon lui, «  une campagne de morts-vivants ».

« Le président a toujours montré son intérêt pour la confrontation d'idées. Mais à quoi ressemblerait ce débat de premier tour ? Douze candidats cherchant pendant 1 h 50 leur « moment » avec le président, qui aurait dix minutes pour leur répondre. Je suis sceptique face à un tel format qui montrerait surtout un manque d'exigence démocratique », estime ce proche du président sortant dans un entretien mis en ligne samedi soir. » *


Macron ayant accaparer tout les médias et ayant à sa botte les multimilliardaires français, comme Bernard Arnaud, que reste-t-il aux autres politiques pour élaborer une campagne présidentielle ? Rien. Le monopole est total. Macron savoure déjà sa victoire avant même d'avoir participer.



Bref c'est par l'intermédiaire de son jeune porte-parole, Attal, que le futur candidat Macron fait passer le message de sa "non-campagne présidentielle".


«  Dans l'après-Covid, on veut continuer à réinventer notre modèle productif par l'investissement, la compétitivité, la décarbonation. On veut aussi poursuivre la redéfinition de notre contrat social, avec des devoirs qui passent avant les droits, du respect de l'autorité aux prestations sociales. »*


Pour résumer Macron compte bien rester au pouvoir, légalement ou illégalement, et continuer à instaurer un régime de crédit social à la chinoise. Sa prétention n'a d'égal que son ambition de changer la France pour en faire un modèle de "compétitivité, d'investissement et de décarbonation", fini le temps de la "Liberté, Egalité et Fraternité".


Pour en savoir plus sur le crédit social chinois (et peut-être ce qui nous attend):


En Chine, le « crédit social » des citoyens fait passer les devoirs avant les droits


* https://www.lepoint.fr/presidentielle/campagne-de-morts-vivants-attal-dezingue-les-candidats-a-la-presidentielle-30-01-2022-2462590_3121.php?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter&Echobox=1643526886#xtor=CS1-32-%5BEchobox%5D


0 commentaire