Rechercher

OMS : pas de données "suffisamment solides" pour recommander l'ivermectine.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) ne préconise pas l'utilisation du médicament antiparasitaire Ivermectine pour le traitement ou la prévention du COVID-19, a déclaré mardi le Dr Rabindra Abeyasinghe, son représentant aux Philippines, aux législateurs de la Chambre. Selon lui, prescrire de l'ivermectine sans preuves statistiquement significatives de son efficacité contre le COVID-19 est «nocif» car cela donnerait une «fausse confiance» au public.

Cela intervient alors que plusieurs législateurs, lors d'une audition du comité de la santé de la Chambre mardi, ont fait pression pour l'utilisation du médicament pour le traitement et la prévention du COVID-19.


«Le problème avec l'ivermectine est que sur la base de l'étude initiale et des données actuellement disponibles, il n'est pas assez fort pour nous de préconiser l'utilisation de l'ivermectine pour le traitement du COVID ou la prévention du COVID», a déclaré Abeyasinghe.

«Nous avons examiné de près l'Association médicale européenne, ils ont conclu la même chose, nous avons examiné la FDA américaine (Food and Drug Administration), ils ont conclu la même chose… Ce qu'ils recommandent, c'est que nous examinions des cliniques soigneusement planifiées et contrôlées. essais pour avoir la preuve que l'ivermectine fonctionne », a-t-il ajouté.

«C'est la preuve mondiale que nous avons, non seulement de l'OMS, mais aussi des autorités de régulation très strictes et des autorités pharmaceutiques en Europe et en Amérique du Nord», a-t-il ajouté.

Le comité de la Chambre, présidé par la représentante de Quezon, Angelina Helen Tan, étudie, entre autres, la réglementation du médicament antiparasitaire. La FDA des Philippines et le ministère de la Santé (DOH) ont mis en garde contre son utilisation pour traiter le COVID-19. La FDA a déclaré que le médicament utilisé chez l’animal n'avait pas été approuvé par l'agence pour le traitement des infections virales chez l'homme. Mais il a également dit que ceux qui veulent prendre le médicament peuvent demander un permis spécial d’usage compassionnel pour le faire.

«Sans preuve, ce que nous créons en fait, c'est une fausse confiance que s'ils prennent de l'ivermectine, ils seront protégés et cela pourrait en fait être nocif. C'est pourquoi il faut une étude clinique soigneusement planifiée pour comprendre si cela a une efficacité protectrice », a poursuivi Abeyasinghe.

«Ces preuves ne sont actuellement pas disponibles dans le monde», a-t-il ajouté.

Le responsable de l'OMS a noté qu'un rapport initial, qui provenait d'une étude en Australie, avait été rédigé sur l'efficacité de l'ivermectine pour supprimer le développement du virus responsable du COVID-19. «Ils utilisent la concentration d'ivermectine qui est d'une magnitude plus élevée, ce qui signifie presque 1 000 fois plus élevée que ce qui est normalement utilisé chez l'homme», a-t-il déclaré. «Et à cette concentration en laboratoire, il a montré que l'ivermectine peut supprimer la réplication du virus maintenant qu'il avait des études à très petite échelle à la suite de cette initiale», a-t-il ajouté. Mais dans les pays où l'ivermectine est recommandée pour la consommation humaine, Abeyasinghe a déclaré que «les résultats de l'essai sur l'ivermectine n'étaient pas statistiquement significatifs». «Si vous regardez le nombre total de patients COVID dans le monde aujourd'hui, de nombreuses personnes n'ont pas encore été infectées, nous pouvons donc supposer que les personnes qui boivent de l'eau sont protégées du COVID, nous pourrions supposer que les personnes qui ont pris de l'ivermectine sont protégées, mais ce n'est pas évident », a-t-il dit.

«Nous avons eu une situation similaire avec l' hydroxychloroquine , il y a quelques mois, puis après l'essai Solidarity, aucun d'entre eux n'a eu d'efficacité pour réduire la gravité ou pour protéger l'infection au COVID-19 », a-t-il ajouté. Néanmoins, Abeyasinghe a déclaré qu'il y avait encore «de la place pour rechercher des preuves» pour prouver si l'ivermectine est efficace ou non pour le traitement et la prévention du COVID-19.

«Nous devons faire très attention que si nous voulons aller faire un essai clinique, il doit être enregistré en tant qu'essai clinique, il doit être conçu de manière à disposer d'un pouvoir statistique significatif suffisant pour générer les preuves s'il est efficace », a-t-il déclaré.

«Si nous pouvons faire cela, notre position est qu'il y a encore de la place pour rechercher ces preuves et si nous pouvons voir ces preuves, nous serons dans une meilleure position pour décider de l'ivermectine», a-t-il ajouté.

Et les conséquences ?

Cette décision intervient sans surprise après l’annonce de l’EMA (Agence européenne du médicament) de ne pas recommander ce médicament en début de semaine dernière. Et ceci malgré le fait que la plupart des arguments (dosages, significativité statistique entre autres) ont été défendu avec virulence par les experts du BIRD dont Tess Lawrie fait partie.

Un médicament utilisé par de centaines de milliers de personnes n’est donc pas recommandé sur la base de facteurs qui font eux-mêmes l’objet de critiques virulentes. Les agences nationales ont approuvé le remdesivir et le bamlanivimab pour moins que cela – le Pr Lina disait au Senat en juin 2020 que le remdesivir aux effets secondaires importants et depuis enlevé des recommandations par l’OMS « était inclus pour éviter une perte de chance aux patients ».

Rappelons que pour une recommandation temporaire d’utilisation, une simple présomption d’efficacité est suffisante. Un "deux poids, deux mesures" qui se fait sentir et qui ne manquera pas d’entraîner la colère des médecins et des patients devant l’expérience réussie de son utilisation. Attendre encore quelques mois pour montrer une efficacité déjà démontrée par les nombreuses études entraînera l'absence de soins pour un grand nombre de patients. Les avocats sont déjà dans les starting-block pour attaquer d’éventuelle décision de l’Agence nationale de la sécurité du médicament. Le Dr Babalola spécialiste de l'ivermectine au Nigéria avait dit que "Merck avait fait pression sur son gouvernement pour qu'il n'utilise pas l'ivermectine" et ajouté : "ils jouent avec la politique et ne sont pas vraiment concernés par les patients". Prémonitoire.

De son coté, le Pr Kory qui a témoigné devant le Sénat américain en faveur de l'ivermectine et qui se bat depuis plus d'un an avec le FLCCC publiait un message expliquant que

"pour approuver l'ivermectine pour la gale (scabies), l'OMS avait utilisé 6 études sur 613 patients et une efficacité de 35% alors qu'il ne la recommande pas pour la Covid-19 avec 48 études sur 15 580 patients et une efficacité moyenne de 72% avec un intervalle de confiance de [64 -78%]" Et que les vaccins avaient été approuvés sans évaluation des effets secondaires à long terme"


Un médecin français nous confie : "cette décision est une faute grave car des milliers voire des dizaines de milliers de vies pourraient être sauvées avec ce traitement" En France, l'ANSM n'a toujours pas donné de réponse à la demande de Me Teissedre - elle s'était engagée à lui répondre avant fin mars. Il lui reste un jour.*


*https://www.francesoir.fr/societe-sante/oms-pas-de-donnees-suffisamment-solides-pour-recommander-livermectine

0 commentaire