Rechercher

Perquisitions aux domiciles d'Edouard Philippe, Olivier Véran, Agnès Buzin et Jérôme Salomon

"Jeudi 15 octobre au matin, les domiciles de l’ancien premier ministre Edouard Philippe, de l’actuel ministre de la santé, Olivier Véran, de sa prédécesseure à ce poste, Agnès Buzyn, de l’ancienne porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, et du directeur général de la santé, Jérôme Salomon, ont été perquisitionnés par les gendarmes de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) dans le cadre de l’information judiciaire ouverte par la Cour de justice de la République (CJR) sur la gestion de la crise sanitaire. Les bureaux de MM. Véran et Salomon, toujours en fonctions, ont eux aussi fait l’objet d’une perquisition, ainsi que les locaux de Santé publique France.

Le 7 juillet, le parquet général près la Cour de cassation avait ouvert une information judiciaire confiée à la commission d’instruction de la CJR – seule instance habilitée à juger des ministres dont Emmanuel Macron a promis la suppression –, afin de déterminer si ceux-ci avaient pu commettre des infractions pénales dans leur gestion de la crise sanitaire liée à l’épidémie due au nouveau coronavirus.

Plus prosaïquement, il s’agit pour les enquêteurs de vérifier que ces différents responsables politiques n’avaient pas connaissance de mesures sanitaires à prendre qu’ils n’auraient volontairement pas prises. A ce jour, 99 plaintes ont été reçues par la commission des requêtes de la CJR. Une seule plainte, à ce stade, vise l’actuel premier ministre, Jean Castex, nommément.

Les plaintes à la CJR avaient commencé à être déposées quelques jours après le début du confinement, à la mi-mars. Elles émanent de particuliers, de médecins, d’associations ou encore de détenus. Les plaignants dénonçaient, selon les cas, des faits de « mise en danger de la vie d’autrui », d’« homicide involontaire » ou de « non-assistance à personne en danger ».

Cette enquête vient s’ajouter à celle ouverte le 10 juin par le parquet de Paris pour « homicides involontaires », « blessures involontaires », « mise en danger de la vie d’autrui », « abstention volontaire de combattre un sinistre » et « non-assistance à personne en péril », qui s’attache pour sa part à d’éventuelles responsabilités non ministérielles dans la gestion de la crise sanitaire."*


*Article parut dans "Le Monde" du 15 octobre 2020: https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/15/enquete-sur-la-gestion-de-la-crise-du-covid-19-perquisitions-aux-domiciles-d-edouard-philippe-olivier-veran-agnes-buzyn-et-jerome-salomon_6056102_3224.html


0 commentaire