Rechercher

Pouvoir, Mesures et Responsabilités

Edito du 13 octobre 2020

Le gouvernement français, ainsi que beaucoup d’autres, affirme que les mesures de confinement ainsi que le port obligatoire du masque ont sauvés des vies. Au-delà d’être un raisonnement inversé qui ne pourra jamais être vérifié, la Suède qui n’a opté que pour des mesures de distanciations en laissant sa population prendre ses responsabilités a obtenu des résultats bien plus optimiste face au virus que la France et a par la même occasion prouver que le confinement et le port du masque n’ont servi à rien si ce n’est à diffuser la peur au sein de la population. (https://ourworldindata.org/coronavirus-data-explorer?zoomToSelection=true&country=SWE~FRA&region=World&deathsMetric=true&interval=smoothed&perCapita=true&smoothing=7&pickerMetric=location&pickerSort=asc)

Ce constat met en évidence toutes les hypocrisies véhiculées par nos gouvernements et disséminées par nos médias, qui, sous prétexte d’assurer notre sécurité nous ôtes toutes responsabilités et plus encore toute liberté.

Aussi bête que cela puisse paraître « personne n’a envie de tomber malade », malheureusement cela arrive, même si on a pris toutes les précautions pour l’éviter. En aucun cas un gouvernement ne peut garantir que sa population ne tombera pas malade, c’est impossible. Ou alors il faudrait enfermé tout le monde dans des incubateurs stérilisés façon Matrix… peut-être que certains y pensent déjà… L’Etat peut donc nous indiquer des mesures à prendre, des précautions à suivre, mais nous imposer des ordres sous peine de se voir sanctionner ce n’est plus de la démocratie, c’est de la dictature.

Nous sommes adultes et nous prenons soin de nous-mêmes et de nos proches du mieux que nous pouvons, l’Etat n’a pas le droit de nous imposer des mesures que lui seul estime être nécessaire et qui va à l’encontre d’un quelconque bon sens. C’est un abus de pouvoir.

Macron a déclaré que nous étions « en guerre », non, nous ne le sommes pas. Nous sommes simplement en face d’un danger parmi tant d’autres. Chaque jour nous côtoyons des dangers en permanence; en conduisant notre voiture, en traversant la rue, en mangeant… nous pouvons aussi attraper de nombreuses maladies mortelles voir très handicapantes. Mais nous ne devenons pas hypocondriaque pour autant.

Des gouvernements du monde entier plus que de rassurer leur population ont abusés de leur autorité pour transmettre la peur de la contagion et de la mort à travers les médias. Non seulement ils ont affirmés de la sorte leur impuissance à pouvoir résoudre la propagation du virus mais aussi leur impuissance à guérir ceux qui en étaient atteint. Car si un état ne peut garantir que sa population ne tombera pas malade, en revanche il va de son devoir de garantir que si un de ses citoyens tombe malade celui-ci se verra soigné dans les meilleures conditions, et ce ne fût pas le cas.

Depuis le début de la crise de la Covid se sont les infrastructures sanitaires mal préparées et les mesures tardives et inefficaces du gouvernement qui ont causés plus de morts que le virus lui-même. Et c’est un manque totale de transparence et de transmission d’informations de la part du gouvernement qui a conduit à ces situations catastrophiques dans nos hôpitaux. A croire que toutes ces négligences ont été préméditées tellement elles s’accumulent.

Mais qu’ont fait les gouvernements pour palier au problème de saturation dans les hôpitaux ? Ont-ils amélioré les conditions de travail des médecins et des aides-soignants ? Ont-ils alloués plus d’argent pour améliorer les structures d’accueil des urgences ? La réponse est non à toutes ces questions.


Alors à quoi sert le pouvoir d’un chef d’état aujourd’hui ? A instaurer une politique totalitaire basé sur la peur lui permettant d’imposer ces choix sans le consentement de sa population ? Ce que la Covid à mis en évidence c’est non seulement l’inefficacité des gouvernements à prendre soin de leur population mais aussi que la grande majorité d’entre eux privilégient des intérêts financiers au détriment de la santé publique. Durant toute la crise sanitaire de la Covid les gouvernements ont plus pensés à sauver l’économie que des vies humaines. J’en veux pour preuve qu’aucun gouvernement n’a encore déclaré avoir trouvé un remède pour soigner les malades atteint de la Covid, et ce, même si bon nombre de médecins leur ont soufflé des réponses à l’oreille. Une fois de plus la seule solution à laquelle adhère le gouvernement est celle qui va renflouer les caisses des industries pharmaceutique et autres fondations dites philanthropiques; celle du vaccin. Un vaccin qu’ils ont déjà commandé en millions d’exemplaires sans même en connaitre le prix ni le contenu. (Cf article "Quelque chiffres sur les vaccins")

Kaji


0 commentaire