Rechercher

Près de 70% des Français ont refusé de voter pour les élections régionales

Lors des élections régionales et départementales 2021, Marine Le Pen a eu moins de suffrages et Emmanuel Macron encore moins. Près de 70% des citoyens français ont refusé de voter pour ces élections régionales, confirmant le discrédit complet du système en place. Ces élections sont une gifle pour les partis politiques français et la démocratie française. La jeunesse en France ne reconnaît et, d'ailleurs, ne connaît pas les élites politiques actuelles. Est-ce que la crise sanitaire a fait tomber le masque ?

Une douche glacée pour tout le système. C’est, pour Marine Le Pen, une douche glacée écrit Le Monde en précisant que le RN était «donné par les sondages en tête dans six régions sur treize, en deuxième dans cinq autres et avec près de trois régions gagnables». Résultat, «le Rassemblement national (RN) recule très sensiblement partout en France et ne se hisse de justesse en tête que dans une seule région, Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA)». La douche glacée ébranle aussi le parti d'Emmanuel Macron mais montre également la non fiabilité des sondages. «Dans un contexte d’abstention ''abyssale''», précise Le Monde, «les candidats de la majorité ne vont pas être en mesure de peser sur le second tour, alors que le Rassemblement national ne parvient à arriver en tête qu’en PACA, loin de ses ambitions initiales».

«Ce n'est pas très grave». Le parti d'extrême droite, le RN, dirigé par Marine le Pen, recueille pour ce premier tour des élections régionales en France moins de voix que les analystes ne le pensaient. Les Républicains, ceux de la droite modérés et leurs alliés, se trouvent en tête. Ils peuvent obtenir jusqu'à 29 % des voix. Les populistes du RN ont été soutenus par environ 19% des électeurs. En troisième position, on trouve les socialistes avec environ 17% des scrutins tandis que le parti du président Emmanuel Macron, celui qui se trouve au pouvoir avec La République en marche obtient dans le meilleur des cas 11% des voix.

D'ailleurs, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui était l'invité des «4 Vérités» de France 2 ce lundi 21 juin a reconnu l'échec de La République en marche tout en jugeant le résultat pas très grave: «La majorité présidentielle, comme elle était sortante nulle part et qu'elle voulait entrer partout, a connu en effet une difficulté importante» ; «La démocratie, c'est parfois perdre les élections et ce n'est pas très grave». Ne voulant pas envisager un impact sur les élections 2022, Gerald Darmanin a appelé à ne pas relier ce scrutin à l'élection présidentielle à venir: «Les Français sont un peuple politique qui n'est pas idiot. Quand il vote pour les régionales, c'est qu'il vote pour un président de région. Quand il votera pour le président de la République, il choisira le président de la République».

Un écroulement démocratique de la République française. En fait, le résultat de ces élections montrent que les citoyens français n’ont strictement rien à faire de ce système politique et des partis politiques actuellement en place et que, justement, ils ne sont pas des idiots. D'ailleurs, comme l'indique BFMTV le taux d’abstention chez les 18-34 ans est même de 82%, tout en rajoutant que «près de sept Français sur dix ont choisi de ne pas se déplacer aux urnes en ce dimanche de premier tour des régionales et départementales». Cette abstention est la plus forte de l'histoire de la Ve République. «30% des jeunes abstentionnistes ne connaissaient pas les candidats», constate l'Ifop dans un sondage, précisant que 35% d'entre eux ont estimé que ces élections ne «changeraient rien à leur situation personnelle». 33% ont même indiqué qu'ils n'étaient pas intéressés par ces élections. 32% ont précisé qu'ils votaient «principalement aux élections nationales».

Il faudra cependant attendre le second tour des élections régionales, qui aura lieu la semaine prochaine, pour connaître le véritable visage de la France politique après les vagues de la Covid-19 sur la population française. Cependant, il semble bien que la crise sanitaire a fait tomber le masque sur le système politique montrant que celui-ci ne sert à rien puisque qu'il n'a pas su gérer correctement et surtout humainement la crise. Avec les volontés sécessionnistes de nombreuses parties des populations représentées en France, le pays va sur le chemin d'une refonte de son paysage politique et de ses structures fondamentales. Les élites politiques en place ne représentent pas les Français et les Français l'ont fait, pour le moment, encore savoir de manière pacifique. * Olivier Renault

* https://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2844

0 commentaire