Rechercher

Précarité chez les étudiants de plus en plus importante en France

Des centaines d'étudiants font la queue pour une distribution alimentaire de la Maison des Initiatives Etudiantes (MIE) à Paris. Ils auront 7kg de nourriture pour 4 jours. Le nombre de bénéficiaires a doublé depuis octobre. Certains ont perdu leur job. C'est leur seul moyen de manger.


Gel hydroalcoolique, sac, kit hygiène, aide psychologique : la MIE de Paris essaie de réunir tous les besoins des étudiants. Seule une carte étudiant est demandée. Chaque semaine ils sont un millier à Paris 13éme avec la Linkee (Association de Solidarité et de Lutte contre le Gaspillage Alimentaire), autant chez trois autres assos.


Ngan a 28 ans. Ahmed en a 26. Ils font partie des 50% d'étudiants à vivre avec moins de 400€ par mois. Ahmed vient d'être licencié de son job étudiant à Roissy. Tous deux sont isolés : elle n'a pas vu sa famille depuis octobre, lui depuis 2019 et son dernier voyage au Maroc.


À la sortie de la distribution, des étudiants de la LMDE (Mutuelle Etudiante) prennent le temps de discuter des besoins en santé des étudiants, surtout en santé mentale. Ils leur donnent des conseils et adresses. "Isolement et précarité nourrissent la dépression."


0 commentaire