Rechercher

Un très proche d’Emmanuel Macron, Bertrand Delais, prend la tête de LCP

Bertrand Delais sera aux commandes de La Chaîne Parlementaire (LCP) pour les trois prochaines années. Le documentariste a été choisi mercredi par l’Assemblée nationale pour remplacer Marie-Eve Malouines, candidate sortante affaiblie par la polémique autour du présentateur Frédéric Haziza, accusé de harcèlement sexuel. D’après plusieurs députés membres du bureau de l’Assemblée, Bertrand Delais a obtenu le poste grâce à 12 voix pour, 7 contre et l'abstention de François de Rugy, rapporte Le Parisien. Sa candidature aurait été l’objet d’un long débat au sein de l’instance.


Il faut dire que Bertrand Delais est une personnalité très proche d’Emmanuel Macron. Il a par exemple signé deux documentaires sur le chef de l’Etat, dont En marche vers l’Elysée, diffusé sur France 2 en mai 2017. Il a aussi écrit de nombreuses tribunes sur le HuffPost dans lesquelles il assume ses opinions politiques. Il a par exemple titré l’un de ses billets, peu de temps après l’élection, Ce qu’Emmanuel Macron a mieux compris que les autres pour incarner le renouveau. Bertrand Delais a d’ailleurs conseillé occasionnellement les équipes d’En Marche durant la campagne présidentielle, selon le HuffPost.

“Tout au long de la procédure de nomination, j’ai fait la course en tête”, assure le documentariste à Télérama. “Quand les dossiers des candidats au poste étaient anonymes, j’ai reçu la meilleure note onze fois, sur treize votants”. Malgré ces explications, l’opposition grince des dents. “La nomination d’un hagiographe d’Emmanuel Macron à la tête de LCP en dit long sur ce pouvoir qui méthodiquement cherche à neutraliser tous les contre-pouvoirs”, estime sur Twitter Olivier Faure, le patron des députés socialistes. “Un hagiographe du président ne garantira pas l’indépendance du Parlement”, écrit aussi sur le réseau social Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. “C’est une mainmise du parti présidentiel sur les médias”.

La nomination d’un hagiographe d’E Macron à la tête de #LCP en dit long sur ce pouvoir qui méthodiquement cherche à neutraliser tous les contre-pouvoirs : la presse, le Parlement, les syndicats, les élus locaux... Ce n’est plus la Republique en marche, c’est une marche consulaire — Olivier Faure (@faureolivier) March 14, 2018
Si le choix de Bertrand Délais à la Présidence de @LCP se confirme, c'est une erreur. Un hagiographe du PR, engagé de façon militante dans sa campagne, ne garantira pas l'indépendance du Parlement par rapport à l'Elysée. C'est une main mise du parti présidentiel sur un medias — Alexis Corbière (@alexiscorbiere) March 14, 2018

Sur le même ton, Clémentine Autain (La France Insoumise) dénonce un “parfum d’ORTF”. D’après cette dernière, “toutes les oppositions ont voté contre (Bertrand Delais, ndlr) et la macronie a fait bloc”. Ce que conteste le principal intéressé : “même des gens qu’on ne peut pas soupçonner d’être macronistes m’ont donné des bonnes notes”, affirme-t-il à Télérama. Le documentariste doit prendre ses fonctions le 8 juin prochain. Il a promis que pour ce poste, il arrêterait son blog ainsi que son “activité sur les réseaux sociaux”. “A partir du moment où je préside l’une des chaînes du Parlement, je veille à la pluralité des points de vue : c’est incompatible avec une quelconque prise de parole publique de ma part”, assure-t-il. *


* https://www.capital.fr/economie-politique/un-tres-proche-demmanuel-macron-bertrand-delais-prend-la-tete-de-lcp-1277346

0 commentaire