Rechercher

Vaccination: de l'incitation à l'intimidation

Vaccination obligatoire ? Les variants de l'incitation

A-t-on toujours le choix ? Pixabay / FS


Alors qu'une nouvelle étape de déconfinement est franchie aujourd'hui, avec la levée de certaines mesures (jauges par exemple), le gouvernement rivalise de... variants incitatifs pour pousser encore à la vaccination, "par tous les moyens, même légaux", pour détourner une célèbre formule.


L'Académie nationale de médecine recommande de ne plus rembourser les tests PCR


Dans son communiqué du 23 juin dernier, l'Académie nationale de médecine recommande vivement "de suspendre le remboursement des tests RT-PCR et des tests antigéniques pratiqués pour convenances personnelles". Soit, si vous voulez partir en vacances, travailler à l'étranger ou assister à un concert, sans vous faire vacciner, il faudra payer... On ne sait pas comment la "convenance personnelle" sera évaluée. Curieux également que la vaccination "pour convenances personnelles" soit intégralement remboursée. Et quid de l'immunité naturelle ?


Olivier Véran et la CNIL


Depuis quelques temps déjà, certains médecins généralistes demandent à avoir l'accès à une liste de leurs patients non-vaccinés. De son côté, le ministre de la Santé leur a promis que cela serait rendu possible pour la fin du mois de juin. En parallèle, il annonçait hier au micro de France Info demander à la Commission nationale de l'informatique et des libertés d'accorder cette permission. Le temps du secret médical serait donc révolu ?

À ce sujet, le sénateur centriste Loïc Hervé nous confie : "en tout état de cause, la consultation devra être limitée et très encadrée."


Olivier Véran et la vaccination des soignants


Il y a un an, on les applaudissait... Maintenant, on les pousse eux aussi à se faire vacciner. Toujours sur Franceinfo, Olivier Véran déclarait : "on a donné la date de septembre, c'est-à-dire qu'on se donne l'été pour que vraiment tout le monde ait eu le temps de faire son choix et de se faire vacciner". S'agit-il vraiment d'un choix ? Le sénateur et radiologue Alain Houpert en doute :

Le ministre a particulièrement ciblé les Ehpad et unités de soins longue durée où seuls 55% des personnels sont vaccinés, fixant l'objectif à 80% : s'il n'est pas atteint, l'obligation sera au programme.


De leur côté, les premiers concernés préfèrent souvent la prudence. Dans un courrier adressé à l'avocat Carlo Brusa le 24 juin dernier, la directrice de cabinet de Martin Hirsch (directeur général de l'AP-HP) Anne Rubinstein écrit que l'obligation ne fait pas partie de la politique de l'hôpital :

Entre chantage, fichage, incitation et vraie-fausse obligation, c'est donc avec une inventivité notable que la vaccination "quoi qu'il en coûte" se déploie. *


Opération Intimidation:




* https://www.francesoir.fr/societe-sante/vaccination-obligatoire-variants-incitation




0 commentaire